Les semestriels du belge CFE (construction et dragage) sont conformes aux attentes. Alors qu'il avait cédé 2,5%, à 742,1 millions d'euros, entre janvier et mars, son chiffre d'affaires (CA) a augmenté de 9,3%, à 1,63 milliard d'euros, par rapport au 1er semestre de 2020. L'envolée de 29,2%, à 206,2 millions d'euros, du cash-flow opérationnel (Ebitda), a porté la marge d'Ebitda de 10,7% à 12,7%. Le bénéfice net s'établit à 42,6 millions d'euros (+ 500%), soit 1,68 euro par action. Le CA de DEME (dragage, ingénierie hydraulique et environnement), qui avait reculé de 10%, à 479,6 millions d'euros, au 1er trimestre par rapport à janvier-mars 2020, a achevé le semestre en hausse de 1,4%, à 1,06 milliard d'euros, grâce au relèvement de 13,7% en glisse...

Les semestriels du belge CFE (construction et dragage) sont conformes aux attentes. Alors qu'il avait cédé 2,5%, à 742,1 millions d'euros, entre janvier et mars, son chiffre d'affaires (CA) a augmenté de 9,3%, à 1,63 milliard d'euros, par rapport au 1er semestre de 2020. L'envolée de 29,2%, à 206,2 millions d'euros, du cash-flow opérationnel (Ebitda), a porté la marge d'Ebitda de 10,7% à 12,7%. Le bénéfice net s'établit à 42,6 millions d'euros (+ 500%), soit 1,68 euro par action. Le CA de DEME (dragage, ingénierie hydraulique et environnement), qui avait reculé de 10%, à 479,6 millions d'euros, au 1er trimestre par rapport à janvier-mars 2020, a achevé le semestre en hausse de 1,4%, à 1,06 milliard d'euros, grâce au relèvement de 13,7% en glissement annuel de son CA au 2e trimestre (à 583,4 millions d'euros). Du CA total, 507,2 millions (+18%) ont été générés par la division Dragage, une croissance à mettre au crédit d'un nouveau projet en Egypte et de projets en Allemagne et en Pologne. Le taux d'utilisation des navires devrait augmenter encore au 2e semestre. Portées par les plans de relance et par les ambitions climatiques planétaire, les perspectives s'annoncent favorables. Il s'agit là du premier grand coup de pouce structurel dont bénéficieront les activités de dragage, après des années de pression sur les marges. Le CA de DEME Offshore a, comme attendu, chuté de 22,9%, à 335 millions d'euros, en un an, car plusieurs projets français et britanniques en sont toujours au stade du démarrage. Une nette augmentation du CA est attendue au 2e semestre, bien que la direction ait prévenu que 2021 et 2022 seraient des années de transition. A partir de 2023, les projets en préparation à Taïwan et aux Etats-Unis ouvriront une nouvelle phase de croissance. DEME Offshore va étendre ses activités en dehors de l'Europe, grâce notamment au changement de politique américaine, deuxième vent favorable pour DEME. La division Infra, plus petite, a généré un CA de 119,9 millions d'euros. L'Ebitda de DEME s'est accru de 21,7%, à 187,2 millions d'euros, et sa marge d'Ebitda a atteint 17,6% (+200 points de base) grâce, toujours, au Dragage. Le bénéfice net s'est hissé de 15,5 millions à 35 millions d'euros (+125,8%). Le carnet de commandes a augmenté de 5,3%, à 4,74 milliards d'euros, entre janvier et juin. DEME annonce un CA et un bénéfice net beaucoup plus élevés cette année qu'en 2020. Contracting a clos le semestre sur un CA de 521 millions d'euros (+23,1%; +3,9% par rapport à 2019). La perte nette de 2020 (-7,4 millions) s'est muée en un bénéfice net de 4,6 millions d'euros. Le CA du pôle Construction a bondi de 18,5%, à 355,8 millions d'euros, celui des divisions Multitechniques et Rail & Utilities, de 33,9%, à 104,6 millions et de 35,3%, à 60,6 millions, respectivement. Contracting fait face à une hausse des prix des matériaux qui ne peut être répercutée intégralement sur les clients. Son carnet de commandes s'établit à 1,47 milliard d'euros (-1,6%). Il vise une augmentation de son CA et de son bénéfice net par rapport à 2020. La Promotion immobilière a contribué à hauteur de 8,5 millions au résultat net du semestre.Après avoir clos 2020 en beauté, l'action CFE fait du surplace. DEME est actif sur des marchés dont la croissance devrait être favorable aux marges dans les années qui viennent. A 23,6 fois le bénéfice et à une valeur de l'entreprise (EV) de 6,4 fois l'Ebitda escomptés pour 2021, CFE reste digne d'achat. Pour l'investisseur patient. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 91,3 eurosTicker: CFEB BBCode ISIN: BE0003883031Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 2,3 milliards EURC/B 2020: 36C/B attendu 2021: 23,5Perf. cours sur 12 mois: +59%Perf. cours depuis le 01/01: +9%Rendement du dividende: 1,1%