CFE avait achevé le 1er semestre sur un recul de 19,3% de son chiffre d'affaires (CA), à 1,49 milliard d'euros. Après neuf mois, le retard, en glissement annuel, n'est plus que de 12,8% (CA de 2,4 milliards d'euros): le CA trimestriel a atteint 911,3 millions d'euros, en hausse de 0,4% en un an.
...

CFE avait achevé le 1er semestre sur un recul de 19,3% de son chiffre d'affaires (CA), à 1,49 milliard d'euros. Après neuf mois, le retard, en glissement annuel, n'est plus que de 12,8% (CA de 2,4 milliards d'euros): le CA trimestriel a atteint 911,3 millions d'euros, en hausse de 0,4% en un an. DEME, la division dragage, génie hydraulique et environnement, a dégagé au 3e trimestre un CA de 632,2 millions d'euros, en baisse de 6%. Après neuf mois, le CA s'établit à 1,68 milliard (-16,9%). Avec un CA de 717,1 millions d'euros, l'activité offshore signe la contribution la plus élevée (42,7%), suivie en cela par le dragage (677,8 millions; 40,3%). La mise à jour trimestrielle n'évoque pas les marges. Au cours du 1er semestre, la marge d'Ebitda (cash-flow opérationnel/CA) était passée de 14,8% à 14,7% (fourchette historique: 16-20%). Les projections annuelles sont confirmées: baisse de 15-20% du CA mais bénéfice net plus élevé qu'au 1er semestre (15,5 millions). Le carnet de commandes est passé à 3,96 milliards d'euros au 3e trimestre (-0,3 milliard; 3,75 milliards fin 2019). La flotte se modernise. Deux dragues ont été baptisées début novembre. A Taïwan a démarré la construction d'un navire gros porteur et d'installation qui sera déployé fin 2022 dans le secteur, en plein essor, de l'éolien offshore local - c'est pour cela que DEME a signé l'an passé une joint-venture avec CSBC, le plus grand constructeur naval taïwanais. Enfin, le Groene Wind a été mis à l'eau en octobre; ce service operation vessel sera affecté, dès l'an prochain, à la maintenance des parcs éoliens offshore belges Rentel et SeaMade. DEME vient de signer un contrat (part de DEME: entre 50 et 150 millions d'euros) relatif à l'extension du port de Ravenne, en Italie. On épinglera surtout le contrat de 300 millions d'euros pour le port d'Abu Qir, en Egypte, le plus gros contrat de dragage et de poldérisation jamais signé par le groupe. Le projet, qui atteindra sa vitesse de croisière en 2021 et devrait s'achever en 2023, utilisera, entre autres, une nouvelle drague suceuse, qui viendra étoffer la flotte de DEME en février prochain. Malgré des investissements d'un montant de 174,4 millions d'euros sur les neuf premiers mois, la dette nette est tombée à 649 millions d'euros (-59,5 millions depuis la fin de 2019). Le pôle Construction a achevé le trimestre sur un CA de 233,5 millions, soit 0,3% de plus que l'an passé, pour une baisse qui, sur neuf mois, n'est plus que de 10,6%, à 656,7 millions. Le carnet de commandes a grossi de 10,6% depuis la fin de 2019, pour atteindre 1,53 milliard d'euros. En base annuelle, Contracting mise toujours sur un recul de 10% de son CA, mais sur un résultat net positif. Le groupe a remporté fin septembre un contrat de 200 millions d'euros (autre record) pour la construction du complexe immobilier ZIN, dans le quartier Nord de Bruxelles. BPI Real Estate, la petite division de promotion immobilière, a décroché trois grands projets, dont un de 26 millions d'euros à Poznan (Pologne), dans le cadre d'une joint-venture à parts égales avec le belge Revive.L'annonce d'un vaccin, les chiffres du 3e trimestre et la signature de plusieurs grands contrats ont fait bondir de 35% un titre jusqu'ici à la traîne. A condition que le redressement des marges renoue avec son rythme d'avant-crise, nous entrevoyons davantage de potentiel de hausse encore. A une valeur d'entreprise (EV) de 6 fois le cash-flow opérationnel escompté pour 2021, nous recommandons d'acheter. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 74,4 eurosTicker: CFEB BBCode ISIN: BE0003883031Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,88 milliard EURC/B 2019: 14C/B attendu 2020: 44Perf. cours en 12 mois: -13%Perf. cours depuis le 01/01: -23%Rendement du dividende: -