Le groupe CFAO est présent dans 34 pays africains, mais aussi dans plusieurs territoires français d'Outre-mer (7pays), au Vietnam et au Cambodge. Fin 2012, le conglomérat japonais Toyota Tsusho Corporation (TTC) a déboursé 37,5EUR par action pour acquérir 97,59% des actions en circulation de CFAO, qui a cependant conservé une cotation en Bourse distincte. L'entrée de TTC dans le capital n'est pas passée inaperçue, puisque des concurrents de Toyota comme Nissan et Renault n'ont pas souhaité poursuivre leur collaboration avec CFAO. De ce fait, le chiffre d'affaires (CA) de la division Équipements et services, traditionnellement la plus grande du groupe, n'a cessé de baisser: de 2,39milliards EUR ...

Le groupe CFAO est présent dans 34 pays africains, mais aussi dans plusieurs territoires français d'Outre-mer (7pays), au Vietnam et au Cambodge. Fin 2012, le conglomérat japonais Toyota Tsusho Corporation (TTC) a déboursé 37,5EUR par action pour acquérir 97,59% des actions en circulation de CFAO, qui a cependant conservé une cotation en Bourse distincte. L'entrée de TTC dans le capital n'est pas passée inaperçue, puisque des concurrents de Toyota comme Nissan et Renault n'ont pas souhaité poursuivre leur collaboration avec CFAO. De ce fait, le chiffre d'affaires (CA) de la division Équipements et services, traditionnellement la plus grande du groupe, n'a cessé de baisser: de 2,39milliards EUR en 2012 à 1,83milliard EUR l'an dernier (-23% par rapport à 2012). Heureusement, les deux autres divisions _ Soins de santé, avec Eurapharma comme distributeur de médicaments en Afrique, et Biens de consommation _ ont enregistré une croissance constante. Le CA du groupe n'a donc reculé que de 4,2% sur la période: de 3,59milliards EUR en 2012 à 3,44milliards EUR l'an dernier. Au premier semestre 2016, le CA du groupe a baissé de 0,1% à 1,67milliard EUR après un meilleur deuxième trimestre durant lequel les ventes ont progressé de 2,5%, à 852millions EUR. La division Équipements et services a enfin renoué avec la croissance au deuxième trimestre, avec une hausse du CA de 3,7%, à 459millions EUR. Sur les six premiers mois de l'année, elle enregistre encore une baisse limitée de 0,3%, à 876,3millions EUR (52,3% du CA du groupe). Le bénéfice opérationnel récurrent (REBIT, hors éléments uniques) a abandonné 7,1% à 55,6millions EUR, la marge de REBIT retombant de 6,9% à 6,3%. La division Soins de santé s'est à nouveau montrée performante avec, au premier semestre, une hausse du CA de 1,5% (637,7millions EUR ou 38,1% du CA du groupe), une progression du REBIT de 1,7% à 49,5millions EUR et une hausse de la marge de REBIT de 7,7% à 7,8%. Il n'en a pas été de même pour la division Biens de consommation, qui a vu son CA reculer de 4,8% à 160,2millions EUR au premier semestre. Les activités congolaises dans les boissons se sont contractées après plusieurs années de forte croissance, et la conjoncture économique difficile du Nigeria a également eu des répercussions négatives. Après l'ouverture du premier centre commercial moderne (PlaYce) sur le continent africain à Abidjan (Côte d'Ivoire) le 18décembre 2015, les activités dans la grande distribution ont apporté une contribution de 17,2millions EUR. Le REBIT des biens de consommation a plongé de 69% à 8,2millions EUR, et la marge REBIT s'est effondrée de 15,7% à 5,1%. Au niveau du groupe, l'EBIT a baissé de 16,6% à 100millions EUR (marge de REBIT de 7,2% à 6%), et le bénéfice net, de 14,3% à 36,9millions EUR, ou 0,59EUR par action. CFAO ambitionne de construire une vingtaine de centres commerciaux comparables à PlaYce au cours de la décennie à venir, et d'atteindre un CA de 1milliard EUR. L'investissement total s'élève à 500millions EUR. Pour le financer, CFAO a attiré en mai deux beaux investisseurs _ Wendel et FCC _ dans SGI Africa, la société qui gère l'activité de commerce de détail. ConclusionAprès plusieurs années difficiles, des perspectives de croissance s'ouvrent à nouveau pour CFAO. L'action est restée stable et constitue toujours une opportunité pour l'investisseur à long terme patient, en raison de l'exposition unique à l'énorme potentiel de croissance de l'Afrique. Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1B