Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires du groupe de ventes au détail confirme le revirement de tendance attendu, comme nous l'avions évoqué il y a quelques semaines (voir IB-40B). Le trading update a été accueilli favorablement et unanimement, car tant en France que dans le monde, les chiffres sont supérieurs aux prévisions. Mais le revirement en France, surtout, a apaisé le marché. Après une croissance organique d'à peine 0,4% (hors acquisitions et désinvestissements) en France au 2etrimestre, on note une sensible amélioration au 3etrimestre, en l'occurrence de 2,6%. Qui plus est, le redressement concerne toutes les chaînes (hypermarchés, discount, etc.). De même, l...

Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires du groupe de ventes au détail confirme le revirement de tendance attendu, comme nous l'avions évoqué il y a quelques semaines (voir IB-40B). Le trading update a été accueilli favorablement et unanimement, car tant en France que dans le monde, les chiffres sont supérieurs aux prévisions. Mais le revirement en France, surtout, a apaisé le marché. Après une croissance organique d'à peine 0,4% (hors acquisitions et désinvestissements) en France au 2etrimestre, on note une sensible amélioration au 3etrimestre, en l'occurrence de 2,6%. Qui plus est, le redressement concerne toutes les chaînes (hypermarchés, discount, etc.). De même, la croissance organique de 5,2% en Amérique latine est supérieure aux prévisions. Le chiffre d'affaires (CA) en Asie a hélas reculé de 2,9% en termes organiques, résultat de circonstances difficiles en Thaïlande pendant le mois d'août. Compte tenu d'un effet de change négatif de 11,8% (surtout l'énorme affaiblissement du real brésilien), le CA du groupe, à 10,68 milliards EUR, a baissé de 10,7% par rapport à la période comprise entre juillet et septembre 2014. Depuis 2012, Casino est très actif dans les pays émergents (55% de son CA du 1er semestre, lire plus loin), ce qui le dessert actuellement. Il y a quelques semaines, le cours a baissé à un plancher de 5 ans et moins de la moitié du cours maximum de l'an dernier. En 2012 donc, Casino a acquis le contrôle de Grupo Pao de Açucar (GPA). GPA est de loin la plus grande chaîne de magasins du Brésil, un pays qui traverse actuellement une profonde crise. Les Français sont également présents dans tous les types de points de vente possibles, des hypermarchés (Extra) aux magasins de quartier (Extra Minimercado) en passant par les supermarchés traditionnels (Extra Supermercado). Casino est leader sur le marché brésilien. Une position que le groupe a également acquise dans les trois autres pays émergents où il est actif. La chaîne Exito en Colombie (plus quelques activités en Uruguay) est sa deuxième présence en Amérique du Sud et est leader sur son marché. En Asie, Casino est également très présent en Thaïlande et au Vietnam, chaque fois avec la chaîne Big C. En Thaïlande, il peut également revendiquer le leadership dans la grande distribution. Sur un marché vietnamien très prometteur mais aussi sous-développé, le groupe exploite une série d'hypermarchés, principalement dans des centres commerciaux. Mais il y a aussi le marché domestique, la France. Un marché beaucoup plus difficile ces dernières années. Les hypermarchés (Géant Casino) sont les premiers concernés, mais ils se sont nettement repris (+3,9%) au 3etrimestre. Chez nos voisins du Sud, le groupe applique une stratégie très différente, avec, outre les hypermarchés, des magasins de proximité (sous les enseignes SM Casino et Monoprix), et avec les chaînes Franprix et Leader Price dans le segment du hard discount. Dans l'e-commerce, Cnova rencontre un franc succès.ConclusionMalgré le profil de croissance dans les pays émergents, l'action affiche une décote de 10% par rapport à la moyenne européenne, à 13 fois le bénéfice attendu pour cette année, 8,5 fois le rapport entre la valeur d'entreprise (EV) et le cash-flow opérationnel (EBITDA), et surtout seulement 0,8 fois la valeur comptable attendue. Nous attendons un redressement du titre.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B