Depuis 2012, le groupe français de distribution Casino se concentre sur les marchés émergents (57% de son chiffre d'affaires, lire infra). Cette année-là, Casino a en effet acquis le contrôle de Grupo Pao de Açucar (GPA). GPA est de loin le premier détaillant du Brésil. Il propose tous les types de magasins possibles : des hypermarchés Extraau aux épiceries de quartier Extra Minimercado en passant par les supermarchés Extra Supermercado. Casino a donc acquis une position de leader. Il occupe d'ailleurs une position de (co-)leader dans les trois autres pays émergents où il est actif. La chaîne Exito, en Colombie (plus quelques activités en Uruguay), est la deuxième présenc...

Depuis 2012, le groupe français de distribution Casino se concentre sur les marchés émergents (57% de son chiffre d'affaires, lire infra). Cette année-là, Casino a en effet acquis le contrôle de Grupo Pao de Açucar (GPA). GPA est de loin le premier détaillant du Brésil. Il propose tous les types de magasins possibles : des hypermarchés Extraau aux épiceries de quartier Extra Minimercado en passant par les supermarchés Extra Supermercado. Casino a donc acquis une position de leader. Il occupe d'ailleurs une position de (co-)leader dans les trois autres pays émergents où il est actif. La chaîne Exito, en Colombie (plus quelques activités en Uruguay), est la deuxième présence de Casino en Amérique du Sud. Moins connue ici, la Colombie est pourtant la quatrième économie d'Amérique latine. Exito y est le leader de marché. La présence internationale de Casino ne se limite pas à l'Amérique latine. Le groupe est également bien implanté dans deux pays d'Asie : la Thaïlande et le Vietnam, chaque fois avec la chaîne Big C. En Thaïlande, il occupe une position de leader. Sur un marché vietnamien très prometteur, mais aussi peu développé, le groupe exploite plusieurs hypermarchés, la plupart dans des centres commerciaux. Bien entendu, Casino n'est pas qu'une histoire de croissance internationale. Il est aussi actif en France, son marché domestique. Ces dernières années, le groupe y rencontre quelques difficultés, la confiance des consommateurs et des chefs d'entreprise étant en chute libre dans un pays dirigé par le très impopulaire François Hollande. Les hypermarchés (Géant Casino) sont particulièrement touchés. Heureusement, le groupe privilégie la diversité outre-Quiévrain, en plaçant l'accent (moitié du CA) sur les épiceries de quartier (sous les marques SM, Franprix et Monoprix). Au contraire des hypermarchés, celles-ci ont bien résisté à la crise jusqu'à présent, tant en termes de CA que de marge. En matière d'e-commerce, Cdiscount est une réussite. Avec la chaîne Leader Price, Casino est également actif dans le segment du hard discount. La semaine dernière, le groupe a publié son CA du 3etrimestre et celui-ci est supérieur aux attentes, à 11,97 milliards EUR, contre une estimation moyenne des analystes de 11,88 milliards EUR. On note une hausse des ventes à l'international de 5%, à 6,86 milliards EUR, contre un recul de 2,6% du CA en France, à 5,11 milliards EUR. Les hypermarchés Géant ont été confrontés à un repli de leur CA de 3,9% au 3etrimestre, mais ces 4 dernières semaines, la tendance est à nouveau positive (+3,6%). En règle générale, on note une légère amélioration en France sur les premières semaines d'octobre. Franprix et Leader Price se sont à nouveau mieux comportés, avec une croissance organique de 0,2% (hors acquisitions et désinvestissements). En Asie, le CA s'est accru en termes organiques de 3,1%, en Amérique Latine de 7%. Mais le pôle enregistrant la plus forte croissance est à nouveau l'e-commerce (+24%). ConclusionNous avons eu beaucoup de chance lorsque nous avons vendu Casino avec un gain de 23% en juin, à un niveau proche de son sommet. Depuis lors, le cours s'est replié de 18% et l'action est à nouveau valorisée de manière intéressante, à 13 fois le bénéfice attendu pour l'an prochain et surtout seulement 1 fois sa valeur comptable estimée. D'où notre relèvement de conseil.Conseil: digne d'achatRisque: faibleRating: 1A