Le groupe technologique courtraisien a publié un trading update pour le troisième trimestre à peine clôturé. Celui-ci se limite généralement au chiffre d'affaires (CA) et à l'évolution du carnet de commandes. Barco rapporte en outre, tous les six mois, ses marges et cash-flows. Le CA du groupe, de 261,8millions EUR, a augmenté de 13,7% sur une base annuelle, et surprend ainsi agréablement les analystes et investisseurs. Le consensus était en effet établi près de 15millions EUR plus bas. Barco avait connu un premier semestre meilleur que l'an dernier (+7,2%), en conséquence de quoi le CA après trois trimestres s'établit à 791millions EUR cette année. Le nombre de nouvelles commandes, à 266,7millions EU...

Le groupe technologique courtraisien a publié un trading update pour le troisième trimestre à peine clôturé. Celui-ci se limite généralement au chiffre d'affaires (CA) et à l'évolution du carnet de commandes. Barco rapporte en outre, tous les six mois, ses marges et cash-flows. Le CA du groupe, de 261,8millions EUR, a augmenté de 13,7% sur une base annuelle, et surprend ainsi agréablement les analystes et investisseurs. Le consensus était en effet établi près de 15millions EUR plus bas. Barco avait connu un premier semestre meilleur que l'an dernier (+7,2%), en conséquence de quoi le CA après trois trimestres s'établit à 791millions EUR cette année. Le nombre de nouvelles commandes, à 266,7millions EUR, est à peu près stable (-1% sur un an). La direction table, pour l'ensemble de l'année, sur une croissance du CA proche de 5%, un chiffre qui nous semble prudent alors que les derniers trimestres n'ont pas déçu. Elle n'a pas communiqué le cash-flow opérationnel (EBITDA) du trimestre dernier mais a cependant réitéré la prévision d'une marge d'EBITDA conforme à celle de l'an dernier. Ces prévisions impliquent un cash-flow du groupe d'environ 1,08milliard EUR et une marge d'EBITDA proche de 8%. Le cash-flow supérieur aux prévisions au terme du troisième trimestre est attribuable en totalité à la division Entertainment, la plus importante du groupe, qui représente un peu plus de la moitié du CA. Elle comprend tout ce qui est en lien avec le cinéma numérique et les écrans destinés à de grands événements tels les concerts. Le CA de cette division a progressé au troisième trimestre de près de 30% sur une base annuelle, à 142,2millions EUR; depuis le début de l'année, il a augmenté de 10,9%. Barco occupe une position dominante sur le marché du cinéma numérique, notamment en Chine grâce à la joint-venture mise sur pied avec un acteur local. Pourtant, la marge bénéficiaire de l'activité Entertainment, à 8,3% au premier semestre, est la plus faible du groupe. Dans la division Enterprise, le CA a stagné à 64,5millions EUR, soit 3,4% de moins qu'un an plus tôt, et aussi, moins que le consensus. L'activité Enterprise, qui s'est établie à 11,1% au premier semestre, est cependant la plus rentable du groupe. Actuellement, ClickShare est le produit phare de ce pôle, qui permet de partager le contenu d'appareils portables (smartphones, tablettes, etc.) sur des écrans de présentation. La division Healthcare (imagerie médicale et visualisation) a elle aussi enregistré un CA légèrement moins bon que prévu, de 55,2millions EUR (somme toute, +3,2% sur une base annuelle). Au premier semestre, c'est cette division qui a enregistré la plus forte croissance (+11,1%). Le CEO Jan De Witte, aux commandes de Barco depuis le 1eroctobre, connaît très bien le segment des soins de santé puisqu'il en a piloté précédemment la croissance au sein de General Electric. Au terme du premier semestre, Barco disposait de 193millions EUR nets en caisses, ce qui correspond à près de 15EUR par action. Mais les projets du groupe ne sont pas encore limpides. Le dividende s'élève actuellement à 1,75EUR par action, soit un rendement brut de 2,3% au cours actuel. ConclusionÀ 1,4 fois la valeur comptable et 18 fois le bénéfice attendu, Barco est correctement valorisé. Ceci dit, vu la trésorerie, la valorisation réelle est moindre, mais malgré tout supérieure à la moyenne du secteur. Notre fair value de 76EUR a donc été approchée de près. C'est pourquoi nous réduisons notre position en portefeuille.Conseil : conserverRisque : moyenRating : 2B