Jusqu'à la publication, au mois de novembre, des chiffres relatifs au troisième trimestre, la stagnation des ventes, la pression relativement élevée sur les marges et le recul des bénéfices (le bénéfice opérationnel avait chuté de 50% au premier semestre) n'avaient cessé d'inquiéter les investisseurs. Vestas cumulait, en un mot, baisse des prix de vente et hausse des dépenses.
...

Jusqu'à la publication, au mois de novembre, des chiffres relatifs au troisième trimestre, la stagnation des ventes, la pression relativement élevée sur les marges et le recul des bénéfices (le bénéfice opérationnel avait chuté de 50% au premier semestre) n'avaient cessé d'inquiéter les investisseurs. Vestas cumulait, en un mot, baisse des prix de vente et hausse des dépenses.Mais alors même que la concurrence traverse une mauvaise passe, le groupe d'origine danoise surprend par la solidité de ses résultats au sortir du troisième trimestre. Le carnet de commandes a bondi de plus d'un tiers, pour atteindre un nouveau record. Le chiffre d'affaires a augmenté de 30% et le bénéfice opérationnel récurrent s'est envolé de 55%. La direction a par conséquent pu confirmer ses projections annuelles (marge bénéficiaire de 8 à 9% sur un chiffre d'affaires de 11 à 12,25 milliards d'euros, soit un bénéfice par action compris entre 3,5 et 4 euros). Le titre ayant gagné 20% à cette annonce, il reflète désormais les perspectives actualisées.Ces excellents chiffres confirment le leadership de Vestas sur le marché des éoliennes terrestres. Le carnet de commandes garantit un degré élevé de prévisibilité des résultats en 2020 et 2021. La direction évoque une année 2020 très chargée: le groupe reçoit en effet des commandes du monde entier, et principalement des Etats-Unis. Lesquels supprimeront toutefois progressivement, entre 2021 et 2024, l'avantage fiscal accordé aux constructeurs de nouveaux parcs, ce qui explique le nombre de commandes actuel. Reste qu'un tassement de la demande américaine à partir de 2021 ne compromettrait pas nécessairement les prévisions, car d'autres pays pourraient venir combler l'écart.Alors que la demande mondiale en énergie continue d'augmenter et que les énergies renouvelables occupent dans ce cadre une place toujours plus prépondérante, l'éolien est de plus en plus compétitif, même si l'offshore offre de meilleures perspectives de croissance que sa version terrestre. Vestas est certes leader du marché onshore, mais la joint-venture conclue avec Mitsubishi Heavy Industries lui a également permis de pénétrer le marché maritime. Si cette activité ne contribue actuellement que dans une mesure faible, et irrégulière, au bénéfice, elle devrait être un moteur de croissance à terme.Grâce à la stabilisation, plusieurs trimestres durant, des prix des nouveaux projets, après la chute enregistrée en 2017, les marges bénéficiaires se sont stabilisées elles aussi. Les économies d'échelle et la mise sur le marché de turbines plus grandes et plus efficaces sont gage d'une meilleure maîtrise des coûts. Maints observateurs prévoient une consolidation du secteur autour de quelques acteurs d'importance majeure, dont Vestas.L'entreprise propose également un service de maintenance d'éoliennes, fabriquées par elle ou par d'autres. Il s'agit d'une activité stable et extrêmement rentable, dont la marge bénéficiaire atteint 28% - sur les neuf premiers mois de 2019, elle a rapporté presque autant que les ventes. Dans ce segment aussi, Vestas peut se prévaloir d'un carnet de commandes record.Les marges bénéficiaires se sont stabilisées plus rapidement que prévu et le carnet de commandes et le chiffre d'affaires ne cessent de croître. Le cours ayant promptement réagi à l'annonce des excellents résultats du troisième trimestre, aucune nouvelle opportunité d'achat ne s'est présentée. A un rapport cours/bénéfice de 19 escompté pour 2020, le titre est correctement valorisé. A conserver! Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 86,6 eurosTicker: VWSCode ISIN: DU300609Marché: XetraCapit. boursière: 17,2 milliards EURC/B 2019: 23C/B attendu 2020: 19Perf. cours sur 12 mois: +32%Perf. cours depuis le 01/01: -4%Rendement du dividende: 1,25%