L'action du producteur canadien d'uranium a décroché de 15% après la publication des résultats trimestriels. En cause: la nouvelle baisse du cours de l'uranium, qui reste sous la barre de 30USD la livre. Le cours moyen a reculé de 17% en un an au premier trimestre alors que les volumes vendus se sont contractés de 16%. Au total, le chiffre d'affaires (CA) a reculé en un an de 28%, à 408millions de dollars canadiens (CAD). Cameco a enregistré un bénéfice net de 78millions CAD, mais il était en grande partie imputable à des gains de change. Grâce aux économies réalisées sur les coûts, la marge bénéficiaire brute s'est cependant établie à 26,4%. Actuellement, l'offre et la demande d'uranium sont en é...

L'action du producteur canadien d'uranium a décroché de 15% après la publication des résultats trimestriels. En cause: la nouvelle baisse du cours de l'uranium, qui reste sous la barre de 30USD la livre. Le cours moyen a reculé de 17% en un an au premier trimestre alors que les volumes vendus se sont contractés de 16%. Au total, le chiffre d'affaires (CA) a reculé en un an de 28%, à 408millions de dollars canadiens (CAD). Cameco a enregistré un bénéfice net de 78millions CAD, mais il était en grande partie imputable à des gains de change. Grâce aux économies réalisées sur les coûts, la marge bénéficiaire brute s'est cependant établie à 26,4%. Actuellement, l'offre et la demande d'uranium sont en équilibre si nous tenons compte du recyclage parallèlement à la production minière. L'Energy Information Administration américaine prévoit toutefois un doublement de la quantité d'énergie nucléaire d'ici 2040. Le 1ermai, 442réacteurs nucléaires étaient opérationnels dans le monde. Il y en avait 65 en construction, dont environ deux tiers seront mis en service au cours des 5prochaines années. D'ici 2025, 86réacteurs doivent être opérationnels en Chine. L'Inde compte actuellement 21réacteurs, auxquels viendront s'ajouter 6autres. Cameco a conclu des contrats d'approvisionnement à long terme avec ces deux pays. Le groupe prévoit une augmentation de la consommation globale à 228millions de livres d'uranium d'ici 2025, pour une production minière de 140millions de livres. Les cours de l'uranium demeurent cependant très bas parce que les exploitants de centrales nucléaires préfèrent rester en retrait tant que les réserves sont suffisamment élevées. Ils tablent toujours sur des cours qui restent bas, voire sur une nouvelle baisse des cours. Le retard pris dans le redémarrage des centrales nucléaires japonaises ne favorise pas non plus un redressement des prix. Cameco dispose de plus d'un milliard de livres de réserves d'uranium, dont un peu plus de 400millions de livres sont exploitables de manière économiquement rentable au cours actuel. En raison des cours de l'uranium qui restent faibles, Cameco a décidé de réduire la production de McArthur River-Key Lake de 14 à 12,6millions de livres. Fin avril, il a également été décidé de placer la mine de Rabbit Lake en "care and maintenance". En raison de la fermeture temporaire de cette mine, les prévisions de production pour 2016 ont été abaissées de 30millions, à 25,7millions de livres. Le CA baissera de 5 à 10% par rapport à 2015, alors que les dépenses d'investissement diminueront de près de 15%. À la fin du premier trimestre, la position nette d'endettement s'élevait encore à un peu plus d'un million USD. Le rapport entre les dettes et les fonds propres est resté stable à 29%. Cameco est toujours impliqué dans un litige avec les autorités fiscales canadiennes et américaines qui porte sur la méthode utilisée pour établir ses prix de transfert. Il a déjà payé dans ce cadre 263millions CAD et a mis en gage des lettres de crédit d'une valeur de 340millions CAD. ConclusionPour diverses raisons, le renversement de la tendance sur le marché mondial de l'uranium se fait attendre plus longtemps qu'espéré. Les perspectives restent excellentes, mais les incertitudes sont toujours légion à court terme. Nous saluons la décision de Cameco de réduire volontairement la production. À 1,1fois la valeur comptable et avec un rendement brut de 2,7%, Cameco présente en tout cas une valorisation attrayante.Conseil : digne d'achatRisque : élevéRating : 1C