Cameco a vu son chiffre d'affaires (CA) chuter de près de 33% sur un an au 2e trimestre, à 359 millions de dollars canadiens (CAD), surtout du fait de la baisse notable des ventes d'uranium (-41%). Cigar Lake (dont Cameco détient 50%), seule mine opérationnelle du groupe aujourd'hui, est majoritairement restée fermée entre décembre et fin avril du fait de la crise; nulle au 1er trimestre, sa production atteint 1,3 million de livres au 2e trimestre et, donc également au 1er semestre (contre 2,1 millions de livres au 1er semestre de 2020). En prélevant dans ses stocks et en achetant ailleurs, Cameco a vendu 6 millions de livres d'uranium au 2e trimestre (-35% sur un an) et 11 millions de livres au 1er semestre (-28% sur un an).
...

Cameco a vu son chiffre d'affaires (CA) chuter de près de 33% sur un an au 2e trimestre, à 359 millions de dollars canadiens (CAD), surtout du fait de la baisse notable des ventes d'uranium (-41%). Cigar Lake (dont Cameco détient 50%), seule mine opérationnelle du groupe aujourd'hui, est majoritairement restée fermée entre décembre et fin avril du fait de la crise; nulle au 1er trimestre, sa production atteint 1,3 million de livres au 2e trimestre et, donc également au 1er semestre (contre 2,1 millions de livres au 1er semestre de 2020). En prélevant dans ses stocks et en achetant ailleurs, Cameco a vendu 6 millions de livres d'uranium au 2e trimestre (-35% sur un an) et 11 millions de livres au 1er semestre (-28% sur un an). Plombée par la baisse du CA et un cours de change défavorable (l'uranium a gagné 2% en USD, mais cédé 10% en CAD), la division Uranium a perdu 28 millions de CAD au 2e trimestre et 91 millions de CAD au 1er semestre. Début juillet, Cigar Lake a été à l'arrêt quelques jours du fait d'incendies de forêts non loin, mais cela n'aura pas d'incidence sur les prévisions annuelles; pour autant qu'aucune nouvelle fermeture ne soit à déplorer, 12 millions de livres, dont la moitié pour Cameco (qui avait engrangé 5 millions de livres en 2020), sont attendues. La production de la joint-venture Inkaï avec Kazatomprom n'est pas prise en compte dans les chiffres, puisque la partie de Cameco prend la forme d'une remise sur le prix d'achat. Cameco a acheté 2,4 millions de livres d'uranium au 2e trimestre, dont 1,4 million de livres par l'intermédiaire d'Inkaï et le reste sur le marché spot. Le prix spot s'est établi en moyenne à 32,25 dollars la livre au 2e trimestre (30,95 dollars au 1er trimestre). Les volumes sur le marché spot ont baissé au 1er semestre, mais les contrats à terme ont compensé ce recul. Cameco, dont le stock s'élevait fin juin à quelque 10 millions de livres, achètera entre 11 et 13 millions de livres cette année pour respecter ses engagements de livraison (23 à 25 millions de livres); 40% environ de ses contrats de vente ont un prix fixe, contrairement au solde. Les contrats à terme signés portent sur 7 millions de livres d'uranium au 2e trimestre (9 millions de livres au 1er trimestre), pour un volume total à livrer de 65 millions de livres. La division Fuel Services (traitement et raffinage) a fait très belle figure, avec une hausse de la production (+33%) et du prix de vente (+13%); son bénéfice brut a augmenté de 50%, à 36 millions de CAD. La situation financière du groupe est saine: le groupe comptait u terme du 1er semestre 1,176 milliard de CAD d'actifs liquides, 25% de plus que fin décembre, grâce à la vente de stocks, dont la valeur a diminué, de 680 à 507 millions de CAD. La dette à long terme étant demeurée à 996 millions de CAD, la position de trésorerie nette est de 180 millions de CAD. Cameco dispose d'une ligne de crédit non utilisée de 1 milliard de CAD et le fisc canadien lui doit 785 millions de CAD. L'embellie qu'a connue le secteur avait permis à l'action Cameco de se redresser début 2021, mais le cours a baissé de 20% depuis le sommet atteint en juin. Du fait de la limitation volontaire de la production, le CA et le bénéfice sont moins pertinents que le nombre croissant de contrats à long terme que Cameco conclut et l'intérêt accru des investisseurs pour le secteur. La valorisation est retombée à 1,3 fois la valeur comptable. Cameco reste digne d'achat dans la perspective d'une nouvelle remontée du cours de l'uranium. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 16,87 dollarsTicker: CCJ USCode ISIN: CA13321L1085Marché: New York Stock ExchangeCapit. boursière: 6,8 milliards USDC/B 2020: -C/B attendu 2021: 37,9Perf. cours sur 12 mois: +63,9%Perf. cours depuis le 01/01: +25,9%Rendement du dividende: 0,4%