La société postale belge bpost a manqué une opportunité unique de mettre à l'oeuvre son excédent de liquidités et de se renforcer dans l'activité stratégiquement très importante de distribution de paquets. bpost semblait pouvoir finaliser la reprise du groupe néerlandais PostNL avec une offre de 5,1EUR, mais en raison notamment de la fuite particulièrement malheureuse de l'ancien ministre des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille (PS), elle a mis fin aux négociations le week-end dernier. La manoeuvre de bpost repose sur une logique industrielle. Pour la distribution postale ordinaire, les avantages de synergie sont quasi inexistants avec PostNL, mais pour la livraison de paqu...