15,90 EUR - 1B Digne d'achat
...

15,90 EUR - 1B Digne d'achatUne vache pour le lait, une action bpost pour le dividende ! Ceux qui ont souscrit à l'introduction en Bourse ou ont acheté ensuite des actions l'ont fait pour en bénéficier. Et bpost ne les a pas déçus. Les actionnaires, dont l'Etat belge, qui détient toujours 50,1% des titres, ont reçu le 12 décembre (9 décembre ex-coupon) un dividende intérimaire de 0,93 EUR brut, dont 0,85 EUR est attribuable aux excellents bénéfices réalisés sur les 10 premiers mois de l'année. Au cours de cette période, bpost a dégagé, selon les normes comptables belges, un bénéfice de 200,6 millions EUR (grâce aussi à un très bon mois d'octobre), dont la société verse 85% sous forme de dividende. Ajoutons à cela un dividende exceptionnel de 8 centimes par action en compensation pour un impôt exceptionnel à l'occasion de l'introduction en Bourse. Lors de l'assemblée des actionnaires du 14 mai, le dividende final sera proposé, et la somme exacte dépend bien sûr encore du bénéfice de novembre et de décembre, mais il faudrait vraiment que les choses tournent mal pour que le dividende brut total de l'année 2013 n'atterrisse pas à 1,1 euro par action. Ce qui porterait le rendement de dividende brut à environ 7%. Grâce à la hausse de cours des dernières semaines, les souscripteurs de la première heure reçoivent même gratuitement ce dividende, car sur la base d'un cours de 16 EUR, l'action restera à un niveau supérieur, même sans le dividende. bpost pourra payer ce dividende attrayant grâce à ses prestations opérationnelles favorables sur la base de la formule Thijs. Ces dernières années, le CEO Johnny Thijs a fait de bpost une entreprise performante en accroissant de manière continue la productivité et en réduisant les coûts (de personnel). En outre, la perte de volumes sur le marché classique des services postaux a été compensée par des augmentations de prix et la croissance du service des paquets. Le succès de cette formule est encore attesté par les résultats du 3etrimestre. Le chiffre d'affaires (CA) a progressé de 3,1% et le bénéfice opérationnel récurrent (REBIT) s'est accru de 11,6% grâce à la stabilisation de la baisse du trafic postal domestique (-3,7%) et de la forte croissance du segment Paquets (CA + 5% et en volumes +7,7%). bpost mise surtout sur les gros clients. Sur les 9 premiers mois de l'année, bpost a enregistré une progression de son CA de 1,8%, et sur une hausse récurrente de son bénéfice opérationnel de 5,4%. bpost évolue comme prévu vers un CA et un bénéfice opérationnel récurrent stables par rapport à ceux de l'an dernier. Autre élément important dans le cadre du financement du dividende (ce qui coûte à l'entreprise plus de 200 millions EUR), le cash-flow libre, qui affiche sur les neuf premiers mois de l'année 236 millions EUR en termes normalisés, ce qui est suffisant pour financer les investissements et le dividende, sans affecter la trésorerie. Le plus grand risque lié à la formule Thijs est peut-être lié au départ de Thijs, même si ce risque est limité. Son mandat actuel se termine en janvier mais pourrait être prolongé pendant 6 ans. Une nouvelle loi prévoit de limiter les salaires des membres de la direction des services publics à 290.000 EUR par an, mais pour les entreprises cotées, une exception peut être faite. Dans les coulisses, on affirme que Thijs et le gouvernement pourraient arriver à un accord.bpost est une action de dividende de plus en plus stable et intéressante, ce qui représente un atout en cette période de taux faible. Ce qui rend l'action vulnérable à d'éventuelles hausses de taux, mais si la direction parvient à confirmer la stabilité des cash-flows au cours des prochains trimestres, l'action de bpost devrait pouvoir se maintenir dans un scénario de hausse limité des taux. Malgré la légère hausse du cours, le conseil d'achat est réitéré(rating 1B).