Les chiffres du 4e trimestre montrent que l'activité est désormais mieux maîtrisée. C'est important, car un meilleur profil de risque peut avoir des effets très positifs sur la valorisation de l'action. Les investisseurs demeurent dubitatifs - comment, sinon, expliquer le ratio cours/bénéfice de 6 à peine, contre 10, facilement, pour la concurrence? Ils craignent toujours que les résultats ne souffrent d'une incapacité de l'entreprise à rentabiliser suffisamment le trafic de colis, du recul structurel de la distribution de courrier, l'activité la plus rentable, et de l'envolée des coûts, qui comprime les marges. Si ces inquiétudes sont justifiées au vu des résultats récents, la faiblesse de la valorisation actuelle trahit un pessimisme exagéré.
...

Les chiffres du 4e trimestre montrent que l'activité est désormais mieux maîtrisée. C'est important, car un meilleur profil de risque peut avoir des effets très positifs sur la valorisation de l'action. Les investisseurs demeurent dubitatifs - comment, sinon, expliquer le ratio cours/bénéfice de 6 à peine, contre 10, facilement, pour la concurrence? Ils craignent toujours que les résultats ne souffrent d'une incapacité de l'entreprise à rentabiliser suffisamment le trafic de colis, du recul structurel de la distribution de courrier, l'activité la plus rentable, et de l'envolée des coûts, qui comprime les marges. Si ces inquiétudes sont justifiées au vu des résultats récents, la faiblesse de la valorisation actuelle trahit un pessimisme exagéré. Les résultats du 4e trimestre sont excellents. Le chiffre d'affaires (CA) de 1,3 milliard d'euros (+8,8%) et le bénéfice opérationnel ajusté de 88 millions (+45%) sont conformes aux prévisions. Comme elle l'avait promis, bpost a converti les accélérations du trafic de colis en bénéfice opérationnel. Au 4e trimestre de 2020, la majeure partie de la hausse du CA avait servi à rémunérer les sous-traitants sollicités pour aider à la livraison des colis, une activité que l'entreprise confie désormais davantage à ses facteurs. C'est d'ailleurs pour rendre ce service plus efficace encore que les pôles courrier et colis belges sont en train de fusionner. En Amérique du Nord, les activités logistiques de Radial sont florissantes. Leur CA s'est accru de 28% et leur bénéfice opérationnel, de 66%, à 39 millions de dollars, au 4e trimestre. Son nouvel élan commercial devrait permettre à la filiale de contribuer comme convenu à hauteur de 100 millions de dollars par an au cash-flow opérationnel. Les activités logistiques aux Etats-Unis et en Europe vont compenser de plus en plus la baisse de la contribution du courrier aux bénéfices.En 2022, le bénéfice opérationnel devrait reculer à 280-310 millions d'euros. Le courrier traditionnel devrait perdre de 8% à 10% de ses volumes, alors que les augmentations de prix ne compenseront qu'à moitié la baisse du CA. En Belgique, où l'impulsion donnée par la pandémie a disparu et où Amazon, grand client de bpost, organise de plus en plus lui-même sa logistique, les volumes de colis sont appelés à stagner. Les activités logistiques étrangères devraient poursuivre sur leur élan et leur CA bondira sans doute de 10% à 15%. Mais les dépenses d'expansion et l'inflation salariale (surtout aux Etats-Unis) ne permettent d'espérer aucune augmentation des marges. Les activités logistiques en Europe se développent comme prévu, et plus rapidement, même, que le marché. Aux Etats-Unis, où elle met l'accent sur la clientèle de taille moyenne, bpost va jusqu'à parler de croissance accélérée. Un bénéfice opérationnel consolidé de 300 millions d'euros pourrait déboucher sur le paiement d'un dividende de plus de 0,40 euro par action. En 2022, 0,49 euro sera versé au titre de 2021, soit un rendement de 8%.Désavantagé par la hausse des coûts et par la disparition de l'élan lié à la pandémie, le bénéfice va reculer cette année. Les résultats du 4e trimestre de 2021 n'en démontrent pas moins que l'activité est mieux maîtrisée et que le profil de l'action est moins risqué. A 6 fois le bénéfice escompté en 2022, la valorisation reste anémique. Si la direction parvient à confirmer la meilleure prévisibilité des chiffres, le titre pourrait considérablement s'apprécier. Nous recommandons désormais d'acheter. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 6,05 eurosTicker: BPOSTCode ISIN: BE0974268972Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,21 milliard EURC/B 2021: 7C/B attendu 2022: 6Perf. cours sur 12 mois: -40%Perf. cours depuis le 01/01: -23%Rendement du dividende: 8%