Vu la forte baisse du cours du pétrole, les attentes concernant le rapport trimestriel n'étaient guère élevées. On attendait plutôt l'annonce de plans d'économies. Les réactions aux résultats de BP ont été mitigées. Les cash-flows ont plongé à 1,86 milliard USD, contre encore 8,23 milliards USD il y a un an, conséquence de la baisse des revenus du pétrole, mais aussi de la forte augmentation des réserves de pétrole physique. Les cash-flows opérationnels ont eux reculé de " seulement " 25%, à 4,64 milliards USD. Comme prévu, les performances des activités upstream (production et exploration) n'ont pas été exceptionnelles. Difficile d'en être autrement avec un prix de vente moyen du baril de pétrole...