Fin 2016, le prix du baril de pétrole brut a dépassé 55 dollars après que l'OPEP eut décidé de limiter volontairement son offre au premier semestre de cette année. Tout bon pour BP, qui prévoyait l'an dernier d'atteindre le niveau de break-even (ni bénéfice, ni perte) du cash-flow libre entre 50 et 55 dollars. À un cours du pétrole situé dans cette fourchette, voire au-delà, le groupe estimait qu'il disposerait d'un cash-flow suffisant pour financer les investissements dans ses actifs existants et neufs, et pour payer les dividendes. La déception des analystes et des investisseurs fut dès lors grande lorsqu'en marge de la publication des résultats annuels, BP a relevé ce niveau de break-even à 60 dollars. C'est un prix qui n'avait plus été atteint depuis juillet 2015.
...