La pandémie relègue les résultats annuels de Bekaert au second plan; ils méritent pourtant d'être salués. L'amélioration de sa politique de prix, l'accent mis sur les produits à plus haute valeur ajoutée et un strict contrôle des coûts ont résolument soutenu la rentabilité du groupe. Si le chiffre d'affaires (CA) est resté pratiquement stable, le bénéfice opérationnel sous-jacent a bondi de 15%, à 242 millions d'euros, ce à quoi correspond une marge de 5,6%. L'allégement des dépenses s'étant accompagné de frais de restructuration élevés, le bénéfice net est demeuré inchangé, à 41 millions d'euros (0,73 euro par action, contre 0,70 euro en 2018). Le dividende reste fixé à 0,7 euro par action.
...

La pandémie relègue les résultats annuels de Bekaert au second plan; ils méritent pourtant d'être salués. L'amélioration de sa politique de prix, l'accent mis sur les produits à plus haute valeur ajoutée et un strict contrôle des coûts ont résolument soutenu la rentabilité du groupe. Si le chiffre d'affaires (CA) est resté pratiquement stable, le bénéfice opérationnel sous-jacent a bondi de 15%, à 242 millions d'euros, ce à quoi correspond une marge de 5,6%. L'allégement des dépenses s'étant accompagné de frais de restructuration élevés, le bénéfice net est demeuré inchangé, à 41 millions d'euros (0,73 euro par action, contre 0,70 euro en 2018). Le dividende reste fixé à 0,7 euro par action.Le sprint constaté en fin d'exercice est prometteur. Dans des circonstances normales, la société devrait se rapprocher de son objectif de marge bénéficiaire, arrêté à 7% pour 2020, mais l'épidémie va sans doute passer par là. Elle a certes peu pesé jusqu'à présent mais quand des marchés comme la Chine, l'Europe ou les Etats-Unis régressent, l'entreprise cyclique qu'est Bekaert peut difficilement y échapper. "L'amélioration de la rentabilité et du bilan va nous permettre de tenir le choc", a déclaré Matthew Taylor, le CEO du groupe.La division Renforcement de l'acier pour pneus, qui représente 70% des bénéfices opérationnels de Bekaert, se porte toujours bien. Si l'amélioration de sa rentabilité n'est pas encore palpable, c'est que la baisse des prix du fil laminé l'a contrainte à déprécier son stock. Bekaert a porté à 25% sa part de marché en Chine; la direction estime qu'une part de marché de 30%, d'ores et déjà atteinte ailleurs, est un objectif réaliste. La division Solutions en fil d'acier pour l'industrie, la construction et l'agriculture, est confrontée à la faiblesse des marchés américains et de la conjoncture européenne. La réduction des dépenses et une meilleure politique de tarification lui ont permis de limiter les dégâts et l'aideront à renouer avec la rentabilité dès que les marchés se redresseront. Le bénéfice opérationnel des Produits spéciaux est multiplié par deux grâce à la stabilité du CA, la hausse des prix et l'allégement des coûts. La marge sous-jacente est passée de 6% à 12,2%. Bekaert cherche sereinement une solution pour ses applications de fil à scier: bien qu'elle ne soit plus déficitaire, cette activité est risquée et la société est en quête d'un partenaire qui l'aiderait à investir.La filiale Bridon-Bekaert Ropes Group se redresse. Son résultat opérationnel est passé de -7 millions à +12 millions d'euros grâce, là aussi, à sa politique de prix, aux produits à plus haute valeur ajoutée et à la diminution des dépenses. La direction promet une nouvelle amélioration cette année, si le coronavirus n'étouffe pas l'économie. Bekaert a par ailleurs renforcé son bilan. Réduire son fonds de roulement lui a permis de dégager d'abondantes liquidités et de ramener son endettement net à 2,1 fois le cash-flow opérationnel, contre 2,6 fois fin juin. Elle compte en revanche porter ses investissements de 100 millions d'euros environ en 2018 et 2019 à quelque 150 millions cette année. Une usine de renforcement de pneus est en cours de construction au Vietnam, par exemple.Avec un ratio cours/bénéfice de 8 sur la base du bénéfice escompté pour 2020 et une valeur d'entreprise (EV) correspondant à 5 fois le cash-flow opérationnel, l'action est faiblement valorisée. Les incertitudes que fait planer l'épidémie nous empêchent pour l'heure de recommander d'acheter. Conseil: conserverRisque: moyenRating: 2BCours: 19,8 eurosTicker: BEK BBCode ISIN: BE0974258874Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,17 milliard EURC/B 2019: 10C/B attendu 2020: 8Perf. cours sur 12 mois: -10%Perf. cours depuis le 01/01: -26%Rendement du dividende: 4%.