Après avoir publié récemment des résultats encourageants au terme de l'étude de phase IIa portant sur le traitement, avec l'ALLOB, de la fusion vertébrale, l'entreprise de biotechnologie Bone Therapeutics a levé des fonds. C'était non seulement le moment opportun, mais aussi, indispensable, vu qu'elle ne disposait plus, fin mars, que de 10,9 millions d'euros de liquidités, de quoi poursuivre ses activités jusque fin 2019. Ce montant incluait d'ailleurs les 3,8 millions d'euros à percevoir sur la conversion en actions des obligations émises l'an dernier et arrivant à échéance en septembre prochain. ...

Après avoir publié récemment des résultats encourageants au terme de l'étude de phase IIa portant sur le traitement, avec l'ALLOB, de la fusion vertébrale, l'entreprise de biotechnologie Bone Therapeutics a levé des fonds. C'était non seulement le moment opportun, mais aussi, indispensable, vu qu'elle ne disposait plus, fin mars, que de 10,9 millions d'euros de liquidités, de quoi poursuivre ses activités jusque fin 2019. Ce montant incluait d'ailleurs les 3,8 millions d'euros à percevoir sur la conversion en actions des obligations émises l'an dernier et arrivant à échéance en septembre prochain. Compte tenu de sa faible capitalisation boursière (environ 39 millions d'euros), Bone a décidé de limiter sa nouvelle émission à cinq millions d'euros, ce qui évitera aux actionnaires de voir la valeur de leur participation diminuer considérablement. Trois actionnaires publics existants - la S.R.I.W., la SFPI et Sambrinvest - y ont souscrit pour deux millions d'euros. D'autres, existants et nouveaux, belges comme étrangers, y ont également souscrit, pour un total de 1,35 million d'actions nouvelles à 3,7 euros l'unité. De 15%, la décote, par rapport au dernier cours de l'action avant l'émission, est significative mais pas excessive. Le nombre d'actions en circulation a augmenté de 15,1%. Plus surprenant: Bone a recueilli 3,5 millions d'euros supplémentaires grâce à l'émission, à destination de grandes compagnies d'assurance, d'une obligation subordonnée à quatre ans assortie d'un coupon de 8%. Vu le profil de risque, c'est un taux d'intérêt acceptable pour un financement complémentaire, certes modeste, qui n'inclut pas l'émission de nouvelles actions. Etoffée de 8,5 millions d'euros, sa position liquide permettra à Bone de fonctionner convenablement au moins jusqu'au troisième trimestre de 2020. Avant la fin de cet exercice, Bone demandera l'autorisation de lancer une étude de phase II/III portant sur le traitement, avec l'ALLOB (nouveau processus de production), des fractures tardant à guérir, et une étude de phase III sur le viscosupplément JTA-004 contre l'arthrose du genou, en Europe comme aux Etats-Unis. Ces approbations constitueront la prochaine étape importante pour l'entreprise; leur obtention pourrait réduire son profil de risque. Bone envisage par ailleurs des partenariats. L'entreprise s'est ôté rapidement une épine, ce dont nous nous réjouissons: sa situation financière est moins préoccupante. La deuxième preuve de concept qu'elle a obtenue récemment avec l'ALLOB contribue à nous rendre plus sereins. Il faudra certes encore faire preuve de patience avant de le voir, mais la valeur de l'entreprise est susceptible d'augmenter énormément. Nous étofferons progressivement notre position dans l'action. Conseil: acheterRique: élevéRating: 1CCours: 3,80 eurosTicker: BOTHE BBCode ISIN: BE0974280126 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 39,2 millions EURC/B 2018: -C/B attendu 2019: -Perf. cours sur 12 mois: -66%Perf. cours depuis le 01/01: -15%Rendement du dividende: -