Le spécialiste wallon de la thérapie cellulaire et des solutions orthopédiques a annoncé avoir signé avec le chinois Link Health, qui entend devenir un acteur mondial de l'orthopédie, un accord non contraignant attribuant à ce dernier la licence des droits mondiaux pour le développement, la fabrication et la commercialisation de l'ALLOB, son produit de thérapie cellulaire allogénique. En vertu de cet accord, qui devrait être finalisé d'ici la fin du mois, Link Health assumera tous les coûts de développement de l'ALLOB, y compris ceux de l'étude de phase IIb en cours, qui évalue l'effet du candidat médicament sur des fractures osseuses tardant à guérir, dont les résultats sont attendus fin 2022/début 2023, et le cas échéant, le lancement des prochains e...

Le spécialiste wallon de la thérapie cellulaire et des solutions orthopédiques a annoncé avoir signé avec le chinois Link Health, qui entend devenir un acteur mondial de l'orthopédie, un accord non contraignant attribuant à ce dernier la licence des droits mondiaux pour le développement, la fabrication et la commercialisation de l'ALLOB, son produit de thérapie cellulaire allogénique. En vertu de cet accord, qui devrait être finalisé d'ici la fin du mois, Link Health assumera tous les coûts de développement de l'ALLOB, y compris ceux de l'étude de phase IIb en cours, qui évalue l'effet du candidat médicament sur des fractures osseuses tardant à guérir, dont les résultats sont attendus fin 2022/début 2023, et le cas échéant, le lancement des prochains essais cliniques, notamment aux Etats-Unis, marché très lucratif. L'accord prévoit jusqu'à 60 millions d'euros de paiements d'étapes commerciales ainsi que des royalties sur les ventes nettes (jusqu'à 25%). En 2020, Bone Therapeutics avait déjà conclu un accord de licence pour l'ALLOB à Taïwan, en Corée du Sud, à Singapour et en Thaïlande avec Link Health et en Chine (y compris Hong Kong et Macao) avec Pregene; il comprenait jusqu'à 55 millions d'euros de paiements d'étape potentiels, dont 10 millions d'euros avant fin 2022. L'accord avec Link Health a donc été étendu; si nous nous en réjouissons, et apprécions le financement intégral du développement clinique par Link Health, nous déplorons en revanche l'absence de paiement d'étape à court terme (à la conclusion de l'accord et pendant le développement clinique). Les résultats cliniques sont jusqu'ici favorables, mais la commercialisation effective de l'ALLOB (en 2026?) reste conditionnelle. La biotech wallonne a profité de l'annonce pour lever 3,3 millions d'euros, en émettant 4,83 millions d'actions nouvelles à 0,68 euro l'unité. La forte décote (26,1%) confirme une fois de plus que pour Bone Therapeutics, se financer n'est pas aisé. Souscrite par des investisseurs institutionnels existants et nouveaux, l'émission accroît le flottant de 29%; elle permettra à la société de poursuivre ses activités jusqu'au 4e trimestre de 2022, contre mars 2022 précédemment (9,3 millions de liquidités au 30 septembre). Des financements supplémentaires sont à l'étude. Bone Therapeutics entend accélérer le développement de sa nouvelle plateforme de thérapies cellulaires et géniques basées sur des cellules souches mésenchymateuses induites (CSMi). La biotech a noué plusieurs partenariats ces derniers mois; après la mise en place d'un conseil consultatif spécialisé en octobre, elle espère soumettre une demande pour une première étude clinique avec un candidat médicament, probablement doté de fortes propriétés anti-inflammatoires, au cours du 1er semestre de 2023. La biotech devrait consommer nettement moins de liquidités ces prochaines années qu'en 2021 (16 à 18 millions d'euros), grâce au contrat conclu avec Link Health. L'action a plongé à un creux historique après la nouvelle émission. L'extension de l'accord sur l'ALLOB est une bonne nouvelle, mais il ne prévoit pas de paiement d'étape à court terme, ce qui pénalise les actionnaires existants. La situation financière de Bone demeure fragile. Et la biotech doit se refaire une réputation. La plateforme CSMi de nouvelle génération est certes prometteuse, mais aussi très risquée. Peu d'éléments pouvant à notre estime soutenir l'action dans les 12 mois qui viennent, nous cédons (temporairement?) notre position au profit d'autres biotechs. Conseil : conserver/attendreRisque: élevéRating: 2CCours: 0,75 euroTicker: BOTHE BBCode ISIN: BE0974280126 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 16 millions EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: -Perf. cours sur 12 mois: -76%Perf. cours depuis le 01/01: -71%Rendement du dividende: -