Mithra Pharmaceuticals a vu, au 1er semestre, la commercialisation de l'Estelle approuvée successivement au Canada, aux Etats-Unis et en Europe. L'Estelle est la première pilule contraceptive à base d'estetrol (E4), un oestrogène naturel que produit le foie du foetus humain et le premier nouvel oestrogène à être mis sur le marché depuis plusieurs décennies. L'E4 présente par ailleurs un profil de risque moins élevé que ses prédécesseurs. C'est Ceres Pharma qui en assurera la commercialisation en Belgique et au Luxembourg (le Lydisilka); dans les autres pays d'Europe (le Drovelis), elle sera prise en charge par Gedeon Richter, qui a déjà versé à Mithra 15 millions d'euros. L'Estelle sera dans les pharmacies d'Allemagne, d'Autriche et de Pologne au 2e semestre.
...

Mithra Pharmaceuticals a vu, au 1er semestre, la commercialisation de l'Estelle approuvée successivement au Canada, aux Etats-Unis et en Europe. L'Estelle est la première pilule contraceptive à base d'estetrol (E4), un oestrogène naturel que produit le foie du foetus humain et le premier nouvel oestrogène à être mis sur le marché depuis plusieurs décennies. L'E4 présente par ailleurs un profil de risque moins élevé que ses prédécesseurs. C'est Ceres Pharma qui en assurera la commercialisation en Belgique et au Luxembourg (le Lydisilka); dans les autres pays d'Europe (le Drovelis), elle sera prise en charge par Gedeon Richter, qui a déjà versé à Mithra 15 millions d'euros. L'Estelle sera dans les pharmacies d'Allemagne, d'Autriche et de Pologne au 2e semestre. Le marché américain recèle un potentiel bien plus vaste. Le Nexstellis, la dénomination commerciale de l'Estelle outre-Atlantique, y est disponible depuis le 21 juin. C'est l'australien Mayne Pharma qui y assure sa commercialisation. Il a versé à Mithra un paiement d'étape de 11 millions de dollars et lui a cédé 85,8 millions d'actions Mayne Pharma, si bien que Mithra en détient à ce jour 9,50% (part de 59 millions de dollars australiens, soit 37,5 millions d'euros ou, par action, 0,88 euro). Reste à savoir si Mayne Pharma dispose d'une force de frappe commerciale suffisante pour exploiter tout le potentiel du Nextstellis. Il ne fait en tout cas aucun doute que le groupe, dont les ventes de médicaments génériques baissent depuis plusieurs années, se démènera pour faire de la vente du contraceptif oral une réussite. L'Estelle sera par ailleurs commercialisée au Brésil, en Russie, en Australie, à Taïwan et dans d'autres pays encore à partir de 2022. Pour en connaître les premiers chiffres de vente, il faudra attendre le printemps 2022. Qu'en est-il du candidat médicament Donesta, lui aussi à base d'E4, mais destiné à traiter les bouffées de chaleur qu'entraîne la ménopause? Le recrutement des patients pour les études de phase III est presque terminé, et les premiers résultats d'efficacité sont attendus avant la fin de l'année. S'ils sont concluants - ceux de phase II avaient donné entière satisfaction -, ils pourraient déboucher sur la conclusion d'un contrat de licence au 1er semestre de 2022; Mithra espère que ce sera avec une Big Pharma. Le Donesta présente en effet un potentiel commercial supérieur à celui de l'Estelle. Un deal avec un grand groupe pourrait conduire à une envolée du cours de l'action. Mithra estime que le Donesta pourrait être mis en vente en 2024. Ces prochains mois, Mithra publiera également des données sur le PeriNesta, le 3e candidat produit à base d'E4, qui est, lui, un traitement oral complet de la périménopause, et en août déjà, les résultats d'une étude de phase II évaluant l'effet de l'E4 sur des patients atteints du Covid-19.Mithra a récemment déboursé 8,5 millions d'euros pour racheter les contreparties éventuelles liées à l'anneau contraceptif Myring, déjà commercialisé, et au Zoreline, l'implant indiqué pour les cancers de la prostate et du sein, entre autres, dont le lancement est espéré en 2024. Pour financer l'opération, Mithra a levé 10 millions d'euros au 3e trimestre dans le cadre du contrat de financement de 50 millions d'euros au maximum qu'elle a conclu avec LDA Capital en 2020. Lequel prévoit l'émission de tout au plus 428.403 actions, soit une dilution de 1% seulement. Après un excellent début d'année, l'action s'est totalement repliée, comme si, en fin de compte, l'Estelle n'avait pas été approuvée. Nous sommes impatients d'en savoir plus sur le Donesta et le PeriNesta. Dans cette attente, nous maintenons le conseil "acheter".Conseil: acheter Risque: élevéRating: 1CCours: 21,70 eurosTicker: MITRA BBCode ISIN: BE0974283153Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 949 millions EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: -Perf. cours sur 12 mois: +16%Perf. cours depuis le 01/01: +9%Rendement du dividende: -