L'entreprise spécialisée dans le diagnostic moléculaire, sise à Malines, a connu un très bon début d'année. Elle a vendu, de début janvier à fin mars, encore plus de cartouches de test (+70%) qu'au 1er trimestre de 2020 (+68% par rapport aux trois premiers mois de 2019). Elle a écoulé plus de tests de détection de cancers que prévu tant en Europe qu'en dehors, et le volume de ventes de tests SRAS-CoV-2 est resté élevé, aux Etats-Unis comme en Europe. Biocartis s'attend à voir la demande de ces derniers diminuer progressivement au cours des mois qui viennent, de même que leur prix.
...

L'entreprise spécialisée dans le diagnostic moléculaire, sise à Malines, a connu un très bon début d'année. Elle a vendu, de début janvier à fin mars, encore plus de cartouches de test (+70%) qu'au 1er trimestre de 2020 (+68% par rapport aux trois premiers mois de 2019). Elle a écoulé plus de tests de détection de cancers que prévu tant en Europe qu'en dehors, et le volume de ventes de tests SRAS-CoV-2 est resté élevé, aux Etats-Unis comme en Europe. Biocartis s'attend à voir la demande de ces derniers diminuer progressivement au cours des mois qui viennent, de même que leur prix. Au terme du 1er semestre de 2021, l'entreprise devrait commercialiser un nouveau test, onéreux, exécutable sur son mini-labo Idylla, qui détectera, outre le SRAS-CoV-2, la grippe. Biocartis espère voir le volume de ventes de ses tests s'accroître en 2021 de 40 à 60%, pour atteindre 320.000 à 370.000 unités (en 2020: 230.000 tests). La demande de tests SARS-CoV-2 a soutenu les ventes d'appareils Idylla, surtout en Europe. Bien que, du fait de la pandémie, les installations accusent un certain retard aux Etats-Unis, Biocartis entend toujours placer au total 300 à 350 nouveaux appareils cette année (en 2020: 335). Elle vise également toujours, d'ici à la fin de 2021, un flux de trésorerie de 50 millions d'euros (au 31 mars, celui-ci était de 108,1 millions d'euros), montant qui tient compte d'un possible investissement, sans partenariat (initialement, Biocartis n'envisageait qu'un partenariat dans ce cadre), dans la franchise maladies infectieuses. Biocartis dispose depuis peu d'une nouvelle ligne de crédit de 15 millions d'euros, non encore utilisée. L'entreprise a renforcé l'attrait commercial de l'Idylla en élargissant graduellement son menu de tests; divers cancers et maladies infectieuses peuvent être détectés. Elle a annoncé un partenariat avec la société néerlandaise SkylineDX portant sur le développement d'une version du test Merlin de SkylineDX exécutable sur l'Idylla. Le test spécifie si une biopsie des ganglions lymphatiques est nécessaire pour déterminer le stade du mélanome. Il se vend (à prix d'or) aux Etats-Unis depuis peu et est actuellement en cours de développement pour le marché européen. En vertu de l'accord, et en fonction des paiements d'étape à venir, Biocartis pourrait investir 10 millions d'euros dans des obligations convertibles qu'émettra SkylineDX. L'actionnaire majoritaire du néerlandais est Adrianus van Herk, qu'on ne présente plus. Par ailleurs, fin mars, le test de détection du cancer du poumon à usage scientifique GeneFusion a été lancé et le 22 avril, le test MSI de dépistage du cancer de l'intestin a été soumis pour approbation à la FDA. Tout récemment également, Biocartis et Amgen ont redéfini leur partenariat: préférant répondre aux besoins actuels du marché, ils ont décidé de ne finalement pas soumettre de demande de commercialisation du test de dépistage du cancer colorectal RAS auprès de la FDA, mais de vérifier si, dans le cadre d'un programme de recherche hautement prioritaire d'Amgen, un test de diagnostique compagnon pourrait être réalisé sur l'Idylla. En dépit des annonces encourageantes de Biocartis, les investisseurs ignorent complètement la valeur. Biocartis nous paraît pouvoir devenir structurellement rentable d'ici quelques années, mais sa valorisation ne tient pas compte de cet élément important... Roche a valorisé GenMark, le développeur américain de solutions de diagnostic qu'il a racheté le mois dernier, 100 fois plus cher (9,4 fois le CA attendu pour 2021)! Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 4,55 eurosTicker: BCART BBCode ISIN: BE0974281132 Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 261,8 millions EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: -Perf. cours sur 12 mois: -12%Perf. cours depuis le 01/01: -2%Rendement du dividende: -