La société à portefeuille de l'homme d'affaires français Vincent Bolloré a vu son chiffre d'affaires reculer de 7% à 10,08 milliards d'euros au cours de l'exercice 2016 (croissance " organique ", hors acquisitions et désinvestissements et à cours de change constant: -5%). Du point de vue des activités, la division Transport et logistique confirme sa domination. Le chiffre d'affaires y a reculé de 10% (-7% organique) à 5,46 milliards d'euros (54% du chiffre d'affaires du groupe). Les résultats annuels indiquent à nouveau que la majeure partie du bénéfice opérationnel (EBIT) provient de Bolloré Logistics, en particulier de Bolloré Africa Logistics (le plus grand réseau logistique d'Afrique). Transport et logistique a pris à son compte 78% du bé...

La société à portefeuille de l'homme d'affaires français Vincent Bolloré a vu son chiffre d'affaires reculer de 7% à 10,08 milliards d'euros au cours de l'exercice 2016 (croissance " organique ", hors acquisitions et désinvestissements et à cours de change constant: -5%). Du point de vue des activités, la division Transport et logistique confirme sa domination. Le chiffre d'affaires y a reculé de 10% (-7% organique) à 5,46 milliards d'euros (54% du chiffre d'affaires du groupe). Les résultats annuels indiquent à nouveau que la majeure partie du bénéfice opérationnel (EBIT) provient de Bolloré Logistics, en particulier de Bolloré Africa Logistics (le plus grand réseau logistique d'Afrique). Transport et logistique a pris à son compte 78% du bénéfice opérationnel l'an dernier, ce qui reste un recul par rapport aux 86% de l'exercice 2015 et aux 87% de l'EBIT 2014. Cette baisse du pourcentage est la conséquence directe d'une chute de 14% de l'EBIT (de 569 à 490 millions d'euros) qui a mis fin à une décennie de croissance ininterrompue dans cette division. Bolloré Énergie (le deuxième distributeur de carburant ménager en France) voit ses résultats s'améliorer après une période très faible (EBIT de 37 à 54millions d'euros, mais le chiffre d'affaires à baissé à nouveau, de -12%, idem sur le plan organique). Le pôle Communication et médias (principalement les participations dans Havas et Vivendi) reste un challenger dans le groupe avec une augmentation du chiffre d'affaires de 3% à 2,32 milliards d'euros en 2016. Logique, puisque Bolloré a sensiblement augmenté ses participations ces dernières années et en particulier l'an dernier, surtout dans Vivendi (participation de plus de 20%). Vivendi est la plus grande participation cotée en Bourse (valeur de 4,56 milliards d'euros: 45% de la capitalisation boursière de Bolloré), mais a déçu l'an dernier en Bourse. Bolloré n'a pas encore pu faire honneur à sa réputation de " stock picker " dans ce dossier, et cela pèse sur l'action du holding. L'EBIT a gagné 11% (de 255 à 282 millions d'euros).La division Stockage d'électricité a certes vu son chiffre d'affaires croître de 17%, mais reste lourdement déficitaire (EBIT de -168millions d'euros). D'où, sans doute, l'offre volontaire faite aux actionnaires de la filiale Blue Solutions (89% Bolloré) de racheter ces actions à un prix unitaire de 17euros après une entrée en Bourse limitée à 14,5euros par action fin 2013 et alors que le cours a atteint un plancher historique sous 10euros. Comme pour l'exercice 2014, les actionnaires percevront un dividende de 0,06EUR brut par action (déjà 0,02euro à titre de dividende intermédiaire). Bolloré est aussi un holding typique avec de très nombreuses participations (financières), disons des placements. On y trouve notamment des participations dans les plantations, avec par exemple le groupe Socfin (Socfinaf et Socfinasia). La structure du holding pourrait également être grandement simplifiée au cours des années à venir, car il reste encore trop de niveaux intermédiaires, dont la Financière de l'Odet, également cotée en Bourse, qui détient 64% des actions Bolloré. Une rationalisation s'impose à terme. Après une meilleure période, l'action s'inscrit en repli, y compris après les résultats très moyens de 2016. Nous pensons que nous avons pu recueillir Bolloré à proximité de son cours plancher et nous sommes convaincus que le holding surfe sur des tendances favorables à (plus) long terme. L'action reste donc digne d'achat(rating 1B).Conseil : digne d'achat Risque : moyenRating : 1BDevise : euro (EUR)Marché : ParisCapit. boursière : 10,35 milliards EURC/B 2016 : 23C/B attendu 2017 : 24Perf. cours sur 12 mois : +6 %Perf. cours depuis le 01/01 : +6 %Rendement du dividende : 1,7 %