Tout comme Nyrstar, Boliden combine l'exploitation minière et la transformation (fonderies) d'une part, et le recyclage de métaux de base et précieux d'autre part. Mais ses résultats sont nettement supérieurs à ceux de son pair belge.
...

Tout comme Nyrstar, Boliden combine l'exploitation minière et la transformation (fonderies) d'une part, et le recyclage de métaux de base et précieux d'autre part. Mais ses résultats sont nettement supérieurs à ceux de son pair belge. Boliden est un acteur de taille moyenne actif sur cinq zones minières, qui hébergent dix mines au total (la mine finlandaise de Kevitsa, rachetée à First Quantum Minerals, est venue s'y ajouter le 1er juin 2016) ainsi que cinq unités de fonte. En 2016, le chiffre d'affaires se ventilait comme suit : 34% pour le cuivre, 28% pour le zinc, 12% pour l'or et l'argent, 9% pour le plomb. Avec un chiffre d'affaires de 11,55 milliards de couronnes suédoises (SEK) au deuxième trimestre, le groupe suédois est cependant légèrement sous le consensus de 11,66 milliards de couronnes. Ceci dit, le chiffre est de plus de 20% plus élevé que les 9,60 milliards générés au terme du même trimestre, l'an dernier. Mais c'est 9,2% de moins qu'au premier trimestre 2017. Il est vrai que les deux trimestres précédents avaient été spectaculaires. La production est entièrement soumise aux prix du marché, à l'exception de celle d'or, qui fait l'objet d'un contrat de couverture. Ce sont les prix plus élevés des métaux qui ont assuré l'effet de prix positif le plus important au deuxième trimestre : il ressort à pas moins de 1,10 milliard de couronnes suédoises par rapport à la période avril/juin 2016. La hausse du bénéfice est dès lors supérieure aux prévisions. Le bénéfice opérationnel (EBIT) s'est lui hissé de 884 millions à 2,2 milliards de couronnes, ou une augmentation de 148%. C'est aussi 7% de mieux qu'au premier trimestre (2,06 milliards de couronnes). Par ailleurs, le consensus s'établissait à 1,80 milliard de couronnes, soit 22% de moins. D'où la réaction de cours largement positive. Le résultat des activités de fonderie, surtout (EBIT de 1,55 milliard de couronnes suédoises au deuxième trimestre), a surclassé les prévisions - à plus forte raison si l'on compare ce chiffre aux 621 millions de couronnes du même trimestre, l'an dernier. La contribution du pôle Smelting (EBIT de 563 millions de couronnes, contre 835 millions de couronnes au premier trimestre et 397 millions sur la même période l'an dernier) est nettement plus limitée. Le bénéfice par action est passé de 2,26 à 5,34 couronnes suédoises au deuxième trimestre. Selon les analystes, le chiffre d'affaires annuel de l'exercice courant atteindra un record de 48,3 milliards de couronnes suédoises, pour un bénéfice record de 22,3 couronnes par action (+42%). À plus de 11 fois le bénéfice escompté, 2 fois la valeur comptable et un rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flow opérationnel (EBITDA) attendu de 6 pour 2017, la valorisation reste très raisonnable.Boliden a mieux résisté à la crise que la plupart de ses pairs. On a pu le voir l'an dernier, un redressement des prix des métaux ramène immédiatement une telle action au coeur de l'actualité. Qui veut investir dans le secteur peut remplacer ses actions Nyrstar par celles de cette entreprise financièrement saine.Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating : 1BDevise : couronne suédoiseMarché : StockholmCapit. boursière : 69 milliards SEKC/B 2016 : 16,0C/B attendu 2017 : 11,5Perf. cours sur 12 mois : +38 %Perf. cours depuis le 01/01 : +6 %Rendement du dividende : 2,1 %