L'action de Biocartis est enfermée dans une tendance baissière depuis l'entrée en Bourse (IPO) de l'entreprise en avril 2015 et s'échange 30% sous son cours d'introduction de 11,5EUR. Biocartis veut devenir leader mondial dans la fourniture de solutions de diagnostic moléculaire, et a développé à cette fin l'Idylla, un mini-laboratoire qui exécute des tests de diagnostic alliant grande sensibilité et vitesse (résultats livrés après 35 à 150minutes en fonction de la complexité du test). Au 1ersemestre, l'entreprise a livré 106 Idylla, contre 82 en 2014 (année du lancement, avec une commande en vrac de 80appareils) et 83Idylla l'an dernier (objectif de 75). Après ces bons résultats, Biocartis vise un v...

L'action de Biocartis est enfermée dans une tendance baissière depuis l'entrée en Bourse (IPO) de l'entreprise en avril 2015 et s'échange 30% sous son cours d'introduction de 11,5EUR. Biocartis veut devenir leader mondial dans la fourniture de solutions de diagnostic moléculaire, et a développé à cette fin l'Idylla, un mini-laboratoire qui exécute des tests de diagnostic alliant grande sensibilité et vitesse (résultats livrés après 35 à 150minutes en fonction de la complexité du test). Au 1ersemestre, l'entreprise a livré 106 Idylla, contre 82 en 2014 (année du lancement, avec une commande en vrac de 80appareils) et 83Idylla l'an dernier (objectif de 75). Après ces bons résultats, Biocartis vise un volume annuel du côté supérieur de la fourchette prévue de 150 à 175appareils. Ces bonnes performances sont imputables à l'extension du nombre de tests. Fin 2015, le nombre de tests sur le cancer a doublé à quatre, et juin a été marqué par le lancement important d'un test sur le cancer du poumon qui a porté le total à sept tests. Malgré la forte augmentation du nombre d'appareils installés, le chiffre d'affaires y a baissé de 21%, à 988.000EUR. La plupart des mini-laboratoires ont en effet été concédés en leasing, le CA étant ainsi étalé sur toute la durée du contrat (généralement trois à cinq ans). Le volume vendu de cartouches, nécessaires pour exécuter les tests, a doublé par rapport à 2015, et le CA a quadruplé à 1,72million EUR. De ce fait, le CA provenant de la vente de produits a augmenté de 63%, à 2,71millions EUR. En l'absence de paiement d'étape (2millions EUR l'an dernier), le CA du groupe a reculé de 7%, à 6,75millions EUR. Les dépenses ont augmenté de 28% à 30,8millions EUR, et la perte nette s'est creusée de 41%, à 23,8millions EUR. La consommation nette de liquidités s'élevait à 28,3millions EUR, et la trésorerie à 75,8millions EUR (104,1millions EUR fin 2015). La trésorerie diminuera à 45- 55millions EUR d'ici fin 2016. La consommation de cash continue donc à augmenter. En juillet, Biocartis a cependant surpris avec une opération de financement de 55millions EUR via une combinaison de financement bancaire et de leasing pour un total de 40millions EUR et un prêt subordonné de 15millions EUR. Un tel financement sans émission d'actions constitue une excellente performance dans cette phase de développement. La palette de tests s'étendra encore au 2esemestre avec l'ajout de deux tests sur le cancer basés sur des biopsies liquides, alors que deux tests sur le cancer qui ne pouvaient jusqu'à présent être utilisés que dans le cadre de recherches scientifiques obtiendront une approbation commerciale (marquage CE). Le potentiel de l'Idylla réside non seulement dans la vitesse et la précision des tests, mais aussi dans leur qualité. L'accent est placé sur une augmentation du nombre d'appareils et une extension du nombre de tests, en vue d'accroître à terme les ventes de cartouches, conformément au modèle commercial de la machine de découpe/lames. Biocartis construit dès lors une deuxième ligne de production qui multipliera par six la capacité de production des cartouches. ConclusionL'action s'est redressée ces derniers mois après les bons résultats semestriels et surtout, une opération de financement sans dilution ainsi qu'une récente acquisition dans le secteur. L'entreprise progresse, mais la voie vers la rentabilité est encore longue. L'action reste digne d'achat pour l'investisseur à long terme patient et conscient des risques. Conseil : digne d'achatRisque : élevéRating : 1C