L'entreprise dirigée par Rudi Pauwels (CEO) a pour ambition de devenir le leader mondial des solutions de diagnostic moléculaire. Pour y parvenir, elle a développé Idylla, un mini-laboratoire qui livre des résultats d'une grande précision dans des délais bien plus courts (après 35 à 150minutes selon la complexité du test) qu'habituellement dans les laboratoires classiques. L'Idylla n'exige pas un personnel formé aux hautes technologies, peut être utilisé sur site _ à proximité du patient _ et est compatible avec à peu près tous les échantillons humains (sang, selles, biopsies, urine, glaires). L'Idylla a été lancé en septembre 2014. La même année, 82Idylla ont été vendus, grâce à...

L'entreprise dirigée par Rudi Pauwels (CEO) a pour ambition de devenir le leader mondial des solutions de diagnostic moléculaire. Pour y parvenir, elle a développé Idylla, un mini-laboratoire qui livre des résultats d'une grande précision dans des délais bien plus courts (après 35 à 150minutes selon la complexité du test) qu'habituellement dans les laboratoires classiques. L'Idylla n'exige pas un personnel formé aux hautes technologies, peut être utilisé sur site _ à proximité du patient _ et est compatible avec à peu près tous les échantillons humains (sang, selles, biopsies, urine, glaires). L'Idylla a été lancé en septembre 2014. La même année, 82Idylla ont été vendus, grâce à une grosse commande de 80unités. L'an dernier, 83labos Idylla ont été écoulés (32 au premier semestre, 51 au deuxième), bien plus que l'objectif de 75. Pour 2016, le groupe table sur la vente de 150 à 175 unités. Chaque test est exécuté à l'aide d'une cartouche, dont les ventes doivent représenter à terme l'essentiel des revenus récurrents. Actuellement, la capacité de production est encore limitée à 250.000cartouches par an, mais elle sera étendue à 1,4million de cartouches d'ici fin 2017. Les ventes d'Idylla ont engendré un chiffre d'affaires (CA) de 2,4millions EUR en 2015, contre 1,2million EUR pour les cartouches (0,4million EUR au 1ersemestre). Si l'on inclut les revenus croissants des partenariats et les subsides, le CA annuel a progressé de 44%, à 15millions EUR. Sur le marché en plein essor du diagnostic moléculaire _ croissance annuelle attendue de 9,7% jusqu'en 2018 _, Biocartis cible en particulier les maladies infectieuses (45% du marché; croissance annuelle attendue de 7,6%) et l'oncologie (15%; le segment qui connaît la plus forte croissance, +19,2%). Un premier test a été commercialisé en 2014, et quatre tests ont été ajoutés au menu l'an dernier: trois pour le cancer, dont le premier test de biopsie liquide, et un premier test ciblant des maladies infectieuses (grippe et VRS). Cette année, Biocartis prévoit le lancement de 5nouveaux tests, avec un test de biopsie solide pour le cancer du poumon et un test pour l'Ebola au 2etrimestre, plus deux tests de biopsie liquide pour le cancer de l'intestin et un test pour une maladie infectieuse (MERS ou syndrome respiratoire du Moyen-Orient) au 2esemestre. En outre, l'entreprise entend obtenir au 2esemestre l'approbation européenne (marquage CE) des tests pour le cancer qui ont été lancés l'an dernier exclusivement à des fins de recherche scientifique, et d'ici la fin de l'année, l'approbation de l'Idylla et du test VRS aux États-Unis, avec qui Biocartis veut conclure un partenariat. La Chine et le Japon doivent suivre en 2017. La consommation de liquidités s'est établie à 33millions EUR l'an dernier et continuera à augmenter cette année, avec une trésorerie estimée entre 45 et 55millions EUR fin 2016 (104,1millions EUR fin 2015). À l'évidence, une nouvelle augmentation de capital sera nécessaire _ on s'y attendait.ConclusionBiocartis ne cesse de travailler aux possibilités d'application de l'Idylla. Les premiers résultats commerciaux sont encourageants, mais il est clair que la voie vers la rentabilité est encore longue. L'augmentation de capital inévitable ne constitue pas un problème vu la structure solide de l'actionnariat. L'action reste digne d'achat pour l'investisseur à long terme prudent.Conseil : digne d'achatRisque : élevéRating : 1C