Avec l'introduction en Bourse de Biocartis, une nouvelle société biotechnologique belge intéressante fait son entrée sur les tables de cotation d'Euronext Bruxelles. La société a été créée en 2007 par Rudi Pauwels, connu pour avoir été actif au sein de la société pharma Virco-Tibotec, vendue en 2002 à Johnson & Johnson. Biocartis a l'ambition de devenir leader mondial dans la livraison de solutions diagnostiques moléculaires. Elle a développé dans ce cadre un appareil, une sorte de mini-labo baptisé Idylla, qui fournit très rapidement et avec une grande sensibilité des résultats : en fonction de la complexité du texte, il prend entre 35 et 150 minutes. C'est un énorme gain de temps par rapport aux analystes classiques en laboratoire, qui prennent souvent plusieurs jours. Idylla n'exige pas un personnel hautement qualifié,...

Avec l'introduction en Bourse de Biocartis, une nouvelle société biotechnologique belge intéressante fait son entrée sur les tables de cotation d'Euronext Bruxelles. La société a été créée en 2007 par Rudi Pauwels, connu pour avoir été actif au sein de la société pharma Virco-Tibotec, vendue en 2002 à Johnson & Johnson. Biocartis a l'ambition de devenir leader mondial dans la livraison de solutions diagnostiques moléculaires. Elle a développé dans ce cadre un appareil, une sorte de mini-labo baptisé Idylla, qui fournit très rapidement et avec une grande sensibilité des résultats : en fonction de la complexité du texte, il prend entre 35 et 150 minutes. C'est un énorme gain de temps par rapport aux analystes classiques en laboratoire, qui prennent souvent plusieurs jours. Idylla n'exige pas un personnel hautement qualifié, et peut être utilisé sur site, autrement dit à proximité du patient. Qui plus est, contrairement à la plupart des autres appareils diagnostiques, il peut traiter la quasi-totalité des échantillons humains (sang, selles, biopsies, urine, glaires). Le diagnostique moléculaire est un marché en plein essor qui devrait connaître une croissance annuelle de 9,7% entre 2013 et 2018 (8 milliards USD en 2018). Les prévisions de croissance enthousiasmantes reposent sur la tendance accrue de diagnostics proactifs et plus rapides, afin de personnaliser et réduire le coût des soins de santé. En outre, de plus en plus de médicaments contre le cancer sont développés avec un test diagnostique intégré, de manière à déterminer au préalable par des analyses génétiques si un patient réagira ou non au produit. La recrudescence des maladies chroniques est un autre facteur de soutien. Idylla a été lancé commercialement en septembre 2014. Jusqu'ici, 98 appareils ont été écoulés, en Europe occidentale (par vente directe), mais également en Europe de l'Est, en Australie, au Mexique et en Turquie (via des distributeurs). Aux Etats-Unis, en Chine et au Japon, le groupe espère trouver un partenaire. Pour l'heure, l'appareil n'est utilisé que pour un test (sur une mutation du cancer de la peau), mais l'idée est d'ajouter annuellement 4 à 5 nouveaux tests au programme à partir de 2015. Cette année, quatre tests pour le cancer de l'intestin suivront, ainsi qu'un test pour le virus Ebola. L'élargissement du programme de test est nécessaire pour rendre un investissement dans Idylla suffisamment intéressant. Par ailleurs, les partenaires stratégiques Johnson & Johnson et Abbott développeront des tests compatibles avec Idylla. Le marché est cependant très concurrentiel, avec des entreprises comme Roche, bioMérieux, Luminex et Becton Dickinson, qui ont ou développent également des systèmes de prélèvement/résultats. L'an dernier, Biocartis a accusé une perte nette récurrente de 29,2 millions EUR et devrait rester déficitaire pendant encore quelques années. L'IPO devrait aboutir à une cotation en Bourse à partir du 4 mai (ticker BCART) par l'émission d'un maximum de 8,7 millions de titres dans une fourchette d'émission prévue de 10 à 11,5 EUR par action (avec une option de surallocation de 15% de titres supplémentaires). La période de souscription court jusqu'au 29 avril, avec une possibilité de clôture anticipée à partir du 24 avril. Si l'on considère le milieu de la fourchette d'émission, Biocartis aura une valeur de marché de 420,8 millions EUR (434,8 millions EUR en considérant l'option de surallocation). Plusieurs des actionnaires existants - Johnson & Johnson, Hitachi Chemical et la Participatie Maatschappij Vlaanderen (PMV) - souscrivent à hauteur de 21,5 millions EUR. ConclusionCompte tenu du climat boursier largement favorable, de la solide réputation de la direction et de l'entreprise, ainsi que des actionnaires, nous prévoyons que cette introduction en Bourse rencontrera un franc succès. Naturellement, il y a encore plusieurs risques commerciaux et régulatoires, qui seront déterminants pour le succès à plus long terme. Vous pouvez souscrire, mais limitez vos positions compte tenu du risque supérieur à la moyenne inhérent à toute jeune entreprise biotech.Conseil: digne d'achatRisque: élevéRating: 1C