La liste des déconvenues ne s'est pas allongée au troisième trimestre. C'est heureux, pour cette action qu'affectent conflits commerciaux, hausses des prix des matières premières et retards dans la mise en oeuvre des mesures d'amélioration de la productivité. Saluons même l'augmentation, de plus de 10%, ce qui dépasse les prévisions, du chiffre d'affaires. Bekaert confirme de surcroît que son bénéfice opérationnel sous-jacent sera, au second semestre, supérieur à celui du premier. Il a donc apparemment réussi à alléger la pression exercée sur sa rentabilité - la marge sous-jacente était tombée à 5,1% au terme du premier semestre, soit à peine la moitié de ce que le groupe ambitionne d'atteindre sur le long terme.
...