L'action du groupe d'assurance belge Ageas a perdu 10% depuis la publication des résultats annuels le 14 février. Le bénéfice net des assurances s'est effondré de 87% au quatrième trimestre, passant de 52 millions d'euros à 18 millions, en raison de 137 millions de charges uniques. Il faut y voir d'une part la conséquence des dépréciations d'actions à hauteur de 38 millions d'euros en Asie. Mais d'autre part surtout une provision de 107 millions d'euros au Royaume-Uni, dont 55 millions prévus pour les réserves destinées aux sinistres en dommages corporels en anticipation de l'abaissement du taux d'actualisation (de 2,75% à 1%). Ce renforcement des réserves s'est avéré trop prudent, car quelques jours plus tard, le législateur britannique abaissait ce...

L'action du groupe d'assurance belge Ageas a perdu 10% depuis la publication des résultats annuels le 14 février. Le bénéfice net des assurances s'est effondré de 87% au quatrième trimestre, passant de 52 millions d'euros à 18 millions, en raison de 137 millions de charges uniques. Il faut y voir d'une part la conséquence des dépréciations d'actions à hauteur de 38 millions d'euros en Asie. Mais d'autre part surtout une provision de 107 millions d'euros au Royaume-Uni, dont 55 millions prévus pour les réserves destinées aux sinistres en dommages corporels en anticipation de l'abaissement du taux d'actualisation (de 2,75% à 1%). Ce renforcement des réserves s'est avéré trop prudent, car quelques jours plus tard, le législateur britannique abaissait ce taux à -0,75%, ce qui a contraint le groupe à constituer une provision supplémentaire de 100 millions d'euros. Sur une base annuelle, le bénéfice net des assurances a progressé de 9%, à 821 millions d'euros. Dans les assurances vie, le bénéfice net a gagné 131 millions d'euros, à 704 millions d'euros. La marge des produits à taux garanti a progressé de 3 points de base (pb), à 93 pb (80 au quatrième trimestre), un résultat supérieur à l'objectif pour 2018 fixé entre 85 et 90 pb. Les attentats terroristes en Belgique ont pesé sur le résultat net des assurances non-vie (60 millions d'euros), qui ont reculé de 64 millions d'euros à 118 millions. Le ratio combiné (le rapport entre les charges et les primes nettes acquises) s'est détérioré, de 96,9% à 98,7% (103,7% au quatrième trimestre), alors que l'objectif pour 2018 était de 97%. Au niveau du groupe, le résultat net est retombé de 770,2 à 127,1 millions d'euros. La vente des activités dans les assurances vie à Hong Kong a engendré une plus-value de 400 millions d'euros, mais Ageas a constitué une réserve de 894 millions d'euros pour le règlement Fortis qui a été annoncé en mars 2016. Une audience s'est tenue le 24 mars devant le tribunal d'Amsterdam. Une décision quant au caractère contraignant de l'accord est attendue le 16 juin. Si le règlement est déclaré contraignant, Ageas pourra enfin laisser son passé Fortis derrière lui. L'attention pourra alors se porter sur le beau parcours accompli par l'assureur depuis 2009 sous la direction de Bart De Smet, élu "manager de l'année" par Trends. Outre la Belgique, son marché domestique, le groupe est également actif au Royaume-Uni, au Luxembourg, en France, en Italie, au Portugal et en Turquie, avec également une forte présence dans six pays asiatiques : la Chine, la Malaisie, l'Inde, la Thaïlande, le Vietnam et les Philippines. Conformément à une politique de dividende prévoyant le versement de 40 à 50% du résultat récurrent des assurances, le dividende brut par action a été relevé de 1,65 à 1,7 euro. Un dividende supplémentaire de 0,4 euro par action sera également versé cette année sur la vente des activités à Hong Kong. Ageas a déjà racheté pour 151 millions d'euros d'actions propres dans le cadre du programme en cours (maximum 250 millions). Nous profitons du récent repli de l'action Ageas pour relever le conseil. L'assureur bénéficie d'une excellente position dans le marché de croissance qu'est l'Asie. À cela s'ajoute une création de valeur actionnariale constante grâce à un dividende attrayant (rendement brut récurrent de 4,7%) et des programmes de rachat d'actions lancés régulièrement. Enfin, nous nous attendons à ce que le règlement Fortis soit déclaré contraignant le 16 juin, ce qui dissipera une incertitude très pesante. Conseil : digne d'achatRisque : moyenRating: 1BDevise : euro (EUR)Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 7,8 milliards EURC/B 2016 : 19,2C/B attendu 2017 : 10,4Perf. cours sur 12 mois : +2,6 %Perf. cours depuis le 01/01 : -4,5 %Rendement du dividende : 4,7 %