Si en 2006 Barrick a encore produit 8,6 millions d'onces troy d'or, l'an dernier, ce ne fut plus que 5,4 millions d'onces, et la production devrait encore baisser cette année, à 4,5-5 millions d'onces d'après la direction du groupe. Les analystes pronostiquent en moyenne 4,7 millions d'onces. Cette contraction était indispensable, car Barrick a commis l'erreur d'investir énormément au pire moment. Le groupe a dépensé six millions de dollars en 2012 et 2013, dans des projets qui n'ont pas porté leurs fruits, le cours de l'or s'étant inscrit en nette baisse. La dette a en conséquence culminé à 13,1 milliards de dollars en 2014, et l'érosion des cash-flows a contraint Barrick à vendre des actifs pour pouvoir continuer à honorer ses engagements. La stratégie s'est heur...