Barco a présenté des semestriels mitigés: inférieur aux prévisions, le chiffre d'affaires (CA) a retenu l'attention des investisseurs, éclipsant l'amélioration de la rentabilité et l'étoffement record du carnet de commandes. Ce dernier est, à 465,6 millions d'euros, de près de 10 millions d'euros supérieur au consensus et s'inscrit en hausse de 17% sur un an et de 34% sur le semestre. Mais les ventes n'ont pas suivi le mouvement, bien au contraire: à 366 millions d'euros, le CA du groupe a diminué de 10,1% sur un an et manque de 10 millions d'euros le consensus, du fait des restrictions sanitaires. Une normalisation est attendue ces prochains mois.
...

Barco a présenté des semestriels mitigés: inférieur aux prévisions, le chiffre d'affaires (CA) a retenu l'attention des investisseurs, éclipsant l'amélioration de la rentabilité et l'étoffement record du carnet de commandes. Ce dernier est, à 465,6 millions d'euros, de près de 10 millions d'euros supérieur au consensus et s'inscrit en hausse de 17% sur un an et de 34% sur le semestre. Mais les ventes n'ont pas suivi le mouvement, bien au contraire: à 366 millions d'euros, le CA du groupe a diminué de 10,1% sur un an et manque de 10 millions d'euros le consensus, du fait des restrictions sanitaires. Une normalisation est attendue ces prochains mois. Le cash-flow d'exploitation (Ebitda) s'est établi à 27,5 millions d'euros; à 7,5%, la marge d'Ebitda était légèrement supérieure aux attentes (7,3%); cette marge atteignait encore 10% au premier semestre de 2020, avant de fondre à 3,5% au second semestre. Barco a enregistré un résultat net de 2,5 millions d'euros, ou 0,03 euro par action. Le CA de la division Entertainment (-17%) est conforme aux attentes. Les exploitants de cinéma, souvent encore fermés, ont reporté les remplacements de projecteurs. Plusieurs nouveaux complexes sont toutefois en construction dans les marchés émergents et la Chine fait toujours belle figure. La pénurie de composants a également pesé sur le CA; une amélioration est attendue d'ici à décembre. Malgré un transport plus onéreux, Barco a bien maîtrisé ses dépenses. L'Ebitda s'est élevé à 6 millions d'euros, soit une marge de 4,6% (3,5% l'année dernière). La plus grande déception est venue d'Enterprise, dont le CA a reculé de 8%; à 5,4%, la marge d'Ebitda est bien inférieure aux 9,1% attendus. La famille ClickShare, qui représente la moitié des ventes de cette division, s'est enrichie de deux nouveaux modèles au deuxième trimestre. Le CA de la division Healthcare (-4%) a été conforme aux attentes, mais la marge d'Ebitda a reculé de 16 à 12% (13,4% attendus) du fait de l'augmentation des coûts et des investissements dans la recherche et le développement.Le cash-flow disponible, positif dans toutes les divisions (la baisse de l'Ebitda ayant été compensée par une diminution du fonds de roulement), a atteint 35,1 millions d'euros au total (-50,9 millions d'euros un an plus tôt). Grâce, en outre, à la vente d'une participation minoritaire, la trésorerie s'élevait fin juin à 262,6 millions d'euros (193,5 millions un an auparavant). Barco a annoncé tabler sur une croissance du CA en glissement annuel (2020: 770 millions d'euros) et de la marge d'Ebitda en rythme semestriel. Certains analystes y ont vu un avertissement déguisé sur les bénéfices. Le consensus attend une croissance du CA de 8% et une marge d'Ebitda de 9,5%. Le surprenant passage de témoin à la tête de l'entreprise ne modifiera pas la stratégie à court terme. L'actuel CEO, Jan De Witte, sera remplacé en septembre par deux co-CEO: Charles Beauduin et An Steegen. Le premier, également CEO du fabricant de machines textiles à haute technologie Vandewiele, est actuellement président du conseil d'administration et aussi principal actionnaire de Barco, après avoir relevé sa participation à 20% en avril. L'action avait gagné près de 25% à l'approche des semestriels, mais a reperdu davantage encore après la publication de ces derniers. Les dégagements constituent une opportunité d'achat, car les nouvelles commandes finiront par doper les ventes. La hausse de la trésorerie est un autre atout. Les perspectives ne doivent pas inquiéter: la direction de Barco a toujours été prudente en la matière. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 20,5 eurosTicker: BAR BBCode ISIN: BE0003790079Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 1,9 milliard EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: 45Perf. cours sur 12 mois: +12%Perf.cours depuis le 01/01: +15%Rendement du dividende: 1,8%