Avec 13.825 succursales, plus de 201.000 salariés, 131 millions de clients et près de 100 milliards d'euros de capitalisation boursière, Banco Santander compte parmi les plus grandes banques européennes. En venant à la rescousse de Banco Popular, que le groupe a fini par acquérir pour un euro symbolique, sa direction s'est particulièrement distinguée l'été dernier. L'organisme ayant immédiatement pratiqué une augmentation de capital de 7,07 milliards d'euros pour renforcer le bilan de Banco Popular, la reprise n'a jamais été source d'inquiétudes pour le marché. L'institution aime souligner qu'elle est une banque internationale, active sur plusieurs continents. Elle est de fait très bien implantée en Amérique latine (elle compte parmi les trois principales banques...

Avec 13.825 succursales, plus de 201.000 salariés, 131 millions de clients et près de 100 milliards d'euros de capitalisation boursière, Banco Santander compte parmi les plus grandes banques européennes. En venant à la rescousse de Banco Popular, que le groupe a fini par acquérir pour un euro symbolique, sa direction s'est particulièrement distinguée l'été dernier. L'organisme ayant immédiatement pratiqué une augmentation de capital de 7,07 milliards d'euros pour renforcer le bilan de Banco Popular, la reprise n'a jamais été source d'inquiétudes pour le marché. L'institution aime souligner qu'elle est une banque internationale, active sur plusieurs continents. Elle est de fait très bien implantée en Amérique latine (elle compte parmi les trois principales banques d'Argentine, du Brésil, du Mexique et du Chili), mais aussi active en Amérique du Nord et dans de nombreux pays européens (l'Espagne bien sûr, mais également le Portugal, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la Pologne). Résultats de Banco Popular inclus, 52% des bénéfices engrangés fin septembre provenaient d'Europe, les 48% restants, d'Amérique du Nord et d'Amérique du Sud. Les principales contributions proviennent du Brésil (26%), du Royaume-Uni (16%) et de l'Espagne (15%, dont 2% dus à Banco Popular), du Mexique (7%), du Chili (6%), des Etats-Unis et du Portugal (5% chacun), d'Argentine (4%), de Pologne (3%), etc. Le bénéfice a bondi de 15,2%, à 5,59 milliards d'euros, au cours des neuf premiers mois de l'année; de ce montant, 1,98 milliard d'euros a été réalisé au troisième trimestre - soit une accélération de non moins de 13% pour ce trimestre. Les principaux moteurs de croissance (après conversion en euro) se situent en Amérique latine, avec à leur tête le Brésil (+34%), le Mexique (+19%) et l'Argentine (+17%). En Europe, c'est la péninsule Ibérique qui caracole en tête (+16% pour l'Espagne et +15% pour le Portugal). Le seul bémol nous vient des États-Unis, où les bénéfices ont chuté de 12%. Son ratio charges/produits de 46,7% pour les neuf premiers mois de 2017 (contre 48,0% sur la même période en 2016) hisse par ailleurs Banco Santander au rang des plus efficientes des plus grandes banques européennes. Le rendement des capitaux propres (ROE) s'établit à 7,54% pour la période qui va de janvier à septembre, contre 7,05% l'année précédente. Le monde bancaire accorde toutefois davantage de valeur au rendement des capitaux propres "tangibles" (ROTE), lequel s'améliore lui aussi considérablement: 11,80% pour les neuf premiers mois de 2017, soit bien mieux que les 10,92% enregistrés au terme de la même période en 2016, et que les 11,08% sur lesquels la banque a achevé l'intégralité de l'exercice 2016. Nous avons extrait des résultats des trois premiers trimestres de 2017 un certain nombre de dépenses exceptionnelles, essentiellement liées à l'intégration de Banco Popular (300 millions d'euros sur 515), pour disposer d'une base de comparaison "épurée". La banque espagnole a sans doute très bien fait d'acquérir Banco Popular. A 11,5 fois le bénéfice et 0,9 fois la valeur comptable escomptés pour 2018, sa valorisation est en outre très raisonnable _ voire séduisante, au vu de la croissance bénéficiaire escomptée, ce qui fait d'elle le "maître achat" (croissance par opposition à valorisation) au sein du secteur bancaire européen. Il s'agit d'un investissement prometteur pour les 6 à 12 prochains mois, d'où notre conseil: "acheter". Après l'analyse des résultats annuels (publication le 25/01), nous pourrions bien émettre un ordre pour le portefeuille modèle sous peu. Conseil : acheterRisque : moyenRating : 1BCours : 6,02 eurosTicker : SAN SMCode ISIN : ES0113900J37Marché : MadridCapit. boursière : 97,2 milliards EURC/B 2016 : 13,5C/B attendu 2017 : 13Perf. cours sur 12 mois : +26 %Perf. cours depuis le 01/01 : +10 %Rendement du dividende : 3,5 %