En soi, Balta a affiché des résultats corrects au deuxième semestre de 2018, avec même un quatrième trimestre meilleur que celui de l'année précédente. Mais, pour 2019, la direction ne table que sur un cash-flow opérationnel récurrent (Rebitda) à l'équilibre, là où les analystes avaient espéré une hausse. Par ailleurs, les actionnaires ne recevront aucun dividende pour l'exercice 2018 (contre 0,08 euro brut par action en 2017). C'est logique au vu de la dette nette, qui atteignait 262,8 millions d'euros fin 2018, ou 3,65 fois le Rebitda, une fois les fonds propres et 2,2 fois la capitalisation boursière. Autre déception, aucun changement n'a été annoncé à la tête de l'entreprise. Le CEO Tom Debusschere avait été remercié lors de la publication des résultats semestriels d...