C'est depuis son entrée en Bourse, il y a plus d'un an (l'IPO a eu lieu le 14/6/2017), que le groupe Balta déchante. Sur le marché principal d'Euronext Bruxelles, le cours d'introduction du producteur de revêtements de sol textiles ne s'était élevé qu'à 13,25 euros, soit la valeur la plus basse de la fourchette anticipée (entre 13,25 et 16 euros par action). Dès la première séance, l'action était sous pression. Et Balta allait encore souffrir...
...

C'est depuis son entrée en Bourse, il y a plus d'un an (l'IPO a eu lieu le 14/6/2017), que le groupe Balta déchante. Sur le marché principal d'Euronext Bruxelles, le cours d'introduction du producteur de revêtements de sol textiles ne s'était élevé qu'à 13,25 euros, soit la valeur la plus basse de la fourchette anticipée (entre 13,25 et 16 euros par action). Dès la première séance, l'action était sous pression. Et Balta allait encore souffrir... L'actuel numéro 1 mondial des tapis tissés et leader européen des moquettes à usage résidentiel et commercial qu'est Balta avait été contraint de revoir à la baisse ses projections peu de temps après l'IPO. L'état du marché se dégradait, et ce fut le cas tout au long du deuxième semestre, l'an dernier. Il n'en est hélas pas allé autrement durant les trois premiers mois de cet exercice 2018. L'affaiblissement de la livre sterling et du dollar, ainsi que la hausse des cours des matières premières, laquelle pèse sur les volumes, expliquent que le marché soit en berne. Par ailleurs, la chaîne britannique Carpetright, pour ne citer qu'elle, voit de moins en moins de clients arpenter ses showrooms. Tom Debusschere (le CEO du groupe depuis 2016; avant cela, il dirigeait Deceuninck) a toutefois annoncé s'attendre à voir la marge bénéficiaire (cash-flow d'exploitation récurrent ou Rebitda/chiffre d'affaires) se redresser au cours du deuxième semestre, et le Rebitda annuel, qui s'est élevé à 87,3 millions d'euros en 2017, s'établir entre 82 et 87 millions d'euros au terme de l'exercice courant. Le 28 août est une date cruciale pour Balta. Il faut espérer que les résultats du premier semestre, qui seront publiés ce jour-là, ne déçoivent pas à nouveau les attentes, et que le CEO maintienne, à cette occasion, que la marge progressera sur la période de juillet à décembre. En dépit de sa valorisation très attrayante, l'action est délaissée du marché, on ne peut plus méfiant à l'égard de ce groupe récemment entré en Bourse. A seulement une fois le bénéfice attendu pour 2018, 0,7 fois la valeur comptable, 0,3 fois le chiffre d'affaires et un rapport valeur de l'entreprise (EV)/cash-flow d'exploitation (Ebitda) d'à peine 5,5, la valorisation est si basse qu'un redressement durant le second semestre semble acquis. Naturellement, le groupe n'a pas le droit de décevoir fin août. Ou l'histoire de Balta, en Bourse, risquerait bien de se résumer à celle d'un échec.Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2B Cours : 5,45 eurosTicker : BALTA BBCode ISIN : BE0974314461Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 196 millions EURC/B 2017 : 9C/B attendu 2018 : 10Perf. cours sur 12 mois : -56 %PERF. cours depuis le 01/01 : - 37 %Rendement du dividende : 1,5 %