Les introductions sur le marché principal d'Euronext Bruxelles sont rares, voire inexistantes, et de surcroît pas toujours heureuses. La publication de résultats une nouvelle fois décevants a coûté à Balta Group, fraîchement entré en Bourse, une bonne partie de la confiance des analystes et des investisseurs. L'action du leader mondial des carpettes et numéro 1 européen des moquettes à usage résidentiel et commercial avait été introduite en Bourse à un cours correspondant au bas de la fourchette estimée (13,25-16 euros par action). Le producteur de revêtements de sol textiles sis en Flandre occidentale avait pour l'occasion émis 10,9 millions d'actions nouvelles, tandis que le fonds d'investissement américain Lone Star cédait plus de la moitié...

Les introductions sur le marché principal d'Euronext Bruxelles sont rares, voire inexistantes, et de surcroît pas toujours heureuses. La publication de résultats une nouvelle fois décevants a coûté à Balta Group, fraîchement entré en Bourse, une bonne partie de la confiance des analystes et des investisseurs. L'action du leader mondial des carpettes et numéro 1 européen des moquettes à usage résidentiel et commercial avait été introduite en Bourse à un cours correspondant au bas de la fourchette estimée (13,25-16 euros par action). Le producteur de revêtements de sol textiles sis en Flandre occidentale avait pour l'occasion émis 10,9 millions d'actions nouvelles, tandis que le fonds d'investissement américain Lone Star cédait plus de la moitié de sa participation. Or le cours a été chahuté dès la première séance. La valorisation du groupe était pourtant attrayante, y compris à nos yeux, mais l'analyse avait été pratiquée à la lumière des chiffres de 2016: ceux de l'exercice 2017 changent radicalement la donne. L'état du marché n'a cessé de se dégrader au deuxième semestre. La décision de la direction d'abaisser fin novembre à 12,7-12,9% la marge de Rebitda (cash-flow d'exploitation récurrent) prévisionnelle ajustée fut judicieuse. Le Rebitda s'établit désormais à 12,8%, contre 14,6% encore en 2016. Plusieurs éléments justifient l'érosion de la marge - les fluctuations de cours, par exemple: l'exposition de Balta au marché britannique et donc, à la livre sterling, était connue bien avant l'IPO, mais la dépréciation du dollar est venue aggraver les choses. A cela s'ajoute depuis tout un temps la hausse des prix des matières premières, doublée d'une diminution des volumes amorcée à la fin de 2017. L'entreprise a achevé l'exercice sur une croissance de 18,6%, à 661,3 millions d'euros, de son chiffre d'affaires (CA), dont 4,5% procèdent d'une croissance organique (hors acquisitions et désinvestissements). L'acquisition de l'américain Bentley contribue depuis le 1er avril à l'augmentation du CA. Ceci étant, l'augmentation organique du CA n'a pas dépassé 2,3% au quatrième trimestre. Balta doit la quasi-intégralité de la croissance organique enregistrée en 2017 à la division Carpettes (CA en hausse de 13,8 millions d'euros), mais son CA organique a cédé 2,4% au cours des trois derniers mois de l'exercice. Le cash-flow d'exploitation ajusté a reculé de 10,3% (il avait augmenté de 11,1% encore à la mi-2017), de 97,4 à 87,3 millions d'euros; il a même plongé de 24,8% (de 25,2 à 18,9 millions d'euros) au quatrième trimestre, faisant reculer la marge d'Ebitda ajustée de 14,4 à 11,2%, et la marge de Rebitda à 12,8% pour l'intégralité de l'exercice. Le groupe annonce un dividende de 0,08 euro par action. L'endettement net s'établissait à la fin de l'exercice 2017 à 253,5 millions d'euros, soit 2,9 fois le Rebitda. Le CEO, Tom Debusschere, n'envisage pas de redressement avant la mi-2018 au moins, et s'attend à un léger recul, de 82-87 millions d'euros, du Rebitda pour l'exercice.Pas même un an après l'IPO, le titre cote plus de 40% sous son prix initial. A moins de six fois le rapport escompté entre valeur de l'entreprise et le cash-flow d'exploitation (EV/Ebitda), la valorisation demeure désespérément faible. La perte de confiance provoquée par la succession de mauvaises nouvelles devrait empêcher tout redressement du titre pendant un moment encore, ce qui explique que nous ne relevions pas notre conseil pour l'heure. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2B Cours : 6,90 eurosTicker : BALTA BBCode ISIN : BE0974314461Marché : Euronext BruxellesCapit. boursière : 325 millions EURC/B 2017 : 15C/B attendu 2018 : 13,5Perf. cours sur 12 mois : -Perf. cours depuis le 01/01 : - 32 %Rendement du dividende : -