L'entreprise technologique américaine a subi une lourde correction ces dernières semaines en raison d'une série de procédures judiciaires qui menacent de bouleverser son modèle économique. Qualcomm est avant tout un producteur de semi-conducteurs pour appareils mobiles, principalement des smartphones. Mais si cette activité génère environ 70% du chiffre d'affaires (CA), elle ne prend à son compte que 20% du bénéfice opérationnel. C'est la division Licences du groupe, nettement plus petite, qui apporte la majeure partie du bénéfice. Et c'est précisément cette poule aux oeufs d'or qui risque aujourd'hui d'être abattue.
...

L'entreprise technologique américaine a subi une lourde correction ces dernières semaines en raison d'une série de procédures judiciaires qui menacent de bouleverser son modèle économique. Qualcomm est avant tout un producteur de semi-conducteurs pour appareils mobiles, principalement des smartphones. Mais si cette activité génère environ 70% du chiffre d'affaires (CA), elle ne prend à son compte que 20% du bénéfice opérationnel. C'est la division Licences du groupe, nettement plus petite, qui apporte la majeure partie du bénéfice. Et c'est précisément cette poule aux oeufs d'or qui risque aujourd'hui d'être abattue.Qualcomm jouit de plusieurs propriétés intellectuelles (brevets) en matière de communication mobile. Les producteurs d'appareils mobiles qui utilisent ces technologies doivent lui verser une indemnité par appareil vendu. Aujourd'hui, certains d'entre eux arguent que cette indemnité est beaucoup trop élevée. En outre, la position monopolistique du groupe pose un problème aux autorités de la concurrence de plusieurs pays. Un arrangement trouvé avec les autorités chinoises en 2015 a déjà coûté 975 millions de dollars à Qualcomm. L'entreprise se défend en invoquant des frais de développement élevés. Sur l'exercice passé par exemple, ses dépenses en recherche et développement ont atteint 5,1 milliards de dollars. La Federal Trade Commission américaine a ouvert une enquête en 2014, et en Corée du Sud, Qualcomm risque une amende de 853 millions de dollars. Les plaintes des autorités de la concurrence semblent alimentées par Apple, également plaignant. L'entreprise de Tim Cook n'aurait jamais reçu la remise promise sur les frais de licence. Que le producteur de l'iPhone ait décidé l'an dernier de se fournir également chez Intel témoigne de la dégradation des relations entre ces entreprises. Qualcomm demeure cependant incontournable dans le segment mobile. Et quant à la hauteur des royalties exigées, la plupart des spécialistes s'accordent à dire qu'il est difficile de reprocher quoi que ce soit à Qualcomm d'un point de vue strictement juridique. Qualcomm a vu son CA progresser de 4% à 6 milliards de dollars au premier trimestre de l'exercice fiscal 2017 (période d'octobre à décembre), mais c'est environ 120 millions de dollars sous les prévisions. L'entreprise est confrontée à une perte de parts de marché et à une baisse des prix de vente moyens des smartphones. En revanche, le bénéfice net de 1,8 milliard de dollars (1,19 dollar par action) était supérieur aux attentes. L'acquisition annoncée l'an dernier de NXP Semiconductor (47 milliards de dollars) s'inscrit dans la diversification visée par le groupe. NXP, l'ancienne division Semi-conducteurs de Philips, est devenue le septième constructeur de semi-conducteurs au monde, et est notamment leader mondial dans le segment des puces pour l'automobile. L'opération, qui doit encore être approuvée par les autorités de la concurrence, devrait être bouclée à la fin de cette année. Nous trouvons très excessive la baisse du cours consécutive aux poursuites engagées à l'encontre de Qualcomm. L'entreprise devra peut-être revoir en partie son modèle économique, mais son activité d'octroi de licences reste très lucrative. L'action s'échange non seulement moyennant une forte décote par rapport à celles des concurrents, mais aussi nettement sous sa propre moyenne historique. Nous relevons le conseil, mais tenez compte d'un risque supérieur à la moyenne. Conseil : digne d'achatRisque : élevéRating : 1CDevise : dollar (USD)Marché : NYSECapit. boursière : 78 milliards USDC/B 2016 : 12C/B attendu 2017 : 11,6Perf. cours sur 12 mois : +24,5 %Perf. cours depuis le 01/01 : -19 %Rendement du dividende : 4,0 %