Les actionnaires d'Elia ont connu des temps meilleurs. Au sommet (110 euros) atteint par le cours en mai 2020 a succédé une correction à 85-90 euros. Si le gestionnaire du réseau de transport d'électricité à haute tension n'a quasiment pas souffert de la crise sanitaire, il est actif dans un secteur défensif, que concurrence de plus en plus l'augmentation des taux accordés sur les obligations souveraines belges, par définition sans risque. Au cours actuel, Elia offre un rendement bénéficiaire de 4%, alors que les acheteurs d'obligations d'Etat doivent se contenter de 0% environ; la différence plaide évidemment en sa faveur, d'autant que ses bénéfices, en grande partie régulés, lui assurent un profil de risque très intéressant.
...

Les actionnaires d'Elia ont connu des temps meilleurs. Au sommet (110 euros) atteint par le cours en mai 2020 a succédé une correction à 85-90 euros. Si le gestionnaire du réseau de transport d'électricité à haute tension n'a quasiment pas souffert de la crise sanitaire, il est actif dans un secteur défensif, que concurrence de plus en plus l'augmentation des taux accordés sur les obligations souveraines belges, par définition sans risque. Au cours actuel, Elia offre un rendement bénéficiaire de 4%, alors que les acheteurs d'obligations d'Etat doivent se contenter de 0% environ; la différence plaide évidemment en sa faveur, d'autant que ses bénéfices, en grande partie régulés, lui assurent un profil de risque très intéressant. C'est plutôt de la stagnation des bénéfices que souffre le titre. La part du bénéfice net attribuable à l'actionnaire s'est tassée de 1,5 %l'an dernier; le bénéfice par action a même chuté de 7% sous l'effet de l'augmentation de capital, et il se pourrait que le bénéfice cède du terrain cette année encore. Sans entrer dans les détails, la direction a indiqué que le rendement des fonds propres passerait de 7,2% en 2020 à 5,5%-6,5% cette année, une diminution qui n'aurait toutefois rien de structurel, puisqu'elle serait due à l'augmentation temporaire des dépenses de maintenance de la filiale allemande 50Hertz. Le rendement des fonds propres de 50Hertz devrait tomber à 8%-9% en 2022, pour remonter ensuite à 9%-11%. A plus long terme, le bénéfice suivra, comme le veut le cadre réglementaire, l'évolution de la base d'actifs; or Elia investira entre 2021 et 2025 pour 3,2 milliards d'euros en Belgique, ce qui engendrera une croissance de 8%-9% l'an en moyenne de ses actifs. 50Hertz ne sera pas en reste, puisque la maison mère investira à son profit 4,7 milliards d'euros au cours de cette même période. La concrétisation du Pacte vert pour l'Europe nécessitant un réseau à haute tension étendu et performant, les perspectives à long terme demeurent favorables.L'application des nouveaux tarifs par la filiale belge Elia Transmission n'a eu que peu d'incidence, voire aucune, sur le bénéfice. L'appréciable augmentation du bénéfice que l'élargissement de sa base d'actifs a permis à 50Hertz d'enregistrer a été neutralisée par une perte au sein des activités non régulées au niveau du holding. Le remaniement de la structure du groupe a conduit à la disparition d'un poste de déduction important, ce qui a coûté 13 millions d'euros à l'entreprise. Le groupe annonce en revanche une amélioration de ses résultats opérationnels en Belgique et en Allemagne. La dette financière d'Elia a augmenté de 35%, à 7,6 milliards d'euros, un envol qu'expliquent son ambitieux programme d'investissements, mais aussi le relèvement temporaire des fonds de roulement de 50Hertz. Toutefois, à 1,8 fois les capitaux propres, le ratio d'endettement reste, pour une entreprise qui acte des cash-flows stables, supportable. Elle a relevé légèrement le dividende, qui se monte dès lors à 1,71 euro par action.La récente augmentation des taux longs et la stagnation momentanée du bénéfice pèsent sur l'action. Il se pourrait que le bénéfice diminue cette année encore. Au rapport cours/bénéfice de 25 correspondent un rendement bénéficiaire de 4% et un rendement en dividende de 1,9%, ce qui reste plus intéressant que le taux des obligations souveraines, d'autant que les perspectives à long terme sont encourageantes. Nous maintenons notre conseil d'achat. Conseil: acheterRisque: faibleRating: 1ACours: 92,4Ticker: ELI:BBCode ISIN: BE0003822393Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 6,25 milliards EURC/B 2020: 26C/B attendu 2021: 25Perf. cours sur 12 mois: -4%Perf. cours depuis le 01/01: -5%Rendement du dividende: 1,9%