L'assemblée générale extraordinaire du 12 décembre a approuvé le changement de nom d'Arseus. A partir du 1erjanvier 2015, l'entreprise commencera une nouvelle vie sous la dénomination de Fagron. Le ticker de l'action deviendra FAGR. Le nouveau nom reflète l'accent placé sur Fagron au terme du programme de désinvestissement de ces dernières années. Les activités des divisions Healthcare Solutions et Healthcare Specialties ont été vendues et la dernière étape - la vente de Corilus, le fournisseur d'applications logicielles pour les professionnels de la santé en Belgique, en France et aux Pays-Bas -, devrait être finalisée d'ici fin 2014, au plus tard début 2015, conformément au calendri...

L'assemblée générale extraordinaire du 12 décembre a approuvé le changement de nom d'Arseus. A partir du 1erjanvier 2015, l'entreprise commencera une nouvelle vie sous la dénomination de Fagron. Le ticker de l'action deviendra FAGR. Le nouveau nom reflète l'accent placé sur Fagron au terme du programme de désinvestissement de ces dernières années. Les activités des divisions Healthcare Solutions et Healthcare Specialties ont été vendues et la dernière étape - la vente de Corilus, le fournisseur d'applications logicielles pour les professionnels de la santé en Belgique, en France et aux Pays-Bas -, devrait être finalisée d'ici fin 2014, au plus tard début 2015, conformément au calendrier établi. Arseus a également obtenu une nouvelle autorisation (la précédente avait expiré en juin 2014) de rachat de maximum 10% d'actions propres au cours des cinq prochaines années. L'action est sous pression depuis fin octobre et l'avis de vente émis par la société de Bourse néerlandaise Kempen & Co. En cause : l'impact négatif prévu par Kempen des modifications apportées dans le système de remboursement des matières premières pharmaceutiques aux Etats-Unis. Jusqu'avant 2012, l'assureur n'indemnisait que l'ingrédient le plus cher d'une préparation pharmaceutique. Depuis 2012, une intervention est prévue pour chaque ingrédient, ce qui a entraîné une forte augmentation des coûts. De plus, certains pharmaciens ont abusé de la nouvelle réglementation en facturant des prix trop élevés. Même si elle menait une politique de tarification plus modérée, Arseus a déjà pris les devants et réduit de manière proactive ses tarifs d'environ 10% ces derniers mois. Les assureurs chargés de négocier les prix (PBM ou Pharmacy Benefit Managers) veulent une réduction draconienne des interventions et du nombre d'ingrédients pour lesquels un remboursement est prévu. Un peu plus de 50% des activités d'Arseus aux Etats-Unis sont exposées à ces changements, et elles représentent un peu moins de 20% du chiffre d'affaires (CA) du groupe. La semaine dernière, Arseus a pu rassurer les marchés en annonçant un accord sur les remboursements des préparations magistrales pour 2015 entre Catamaran, le troisième plus grand PBM aux Etats-Unis, et United Compounding Management (UCM), une association accréditée d'entreprises de compounding. Les discussions avancent favorablement avec les autres grands PBM (Express Scripts, CVS Caremark et Optum), sous la pression de leurs clients qui souhaitent conserver les remboursements des préparations magistrales. Des rationalisations et un relèvement des exigences de qualité sont également mis en avant, une évolution qui favorisera à terme les acteurs plus importants comme Arseus. L'entreprise continuera dès lors à miser sur un taux de croissance à deux chiffres au cours des années à venir, alimenté par une hausse structurelle des volumes, une forte croissance dans les préparations stériles et le déploiement de nouveaux concepts. En outre, Arseus voit suffisamment d'opportunités de poursuivre une stratégie buy-and-build qui lui a valu tant de succès par le passé. ConclusionAprès une première réaction euphorique à l'annonce de l'accord avec Catamaran, l'action Arseus s'est quelque peu tassée dernièrement. Vu le profil de croissance toujours attrayant, nous trouvons la valorisation - à 14,4 fois les bénéfices attendus en 2015 - à nouveau intéressante. L'action reste en Sélection.Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B