Comme Arseus l'avait annoncé en début d'année, la société a finalisé au premier semestre la vente des activités restantes des divisions Healthcare solutions et Healthcare specialties. Arseus a perçu au total 30,5 millions EUR (hors bonus et commissions de vente éventuels) sur la vente de Duo-Med à ABN-Amro Participaties, Owandi radiology au groupe italien Villa Sistemi Medicali et Arseus Medical à deux chefs d'entreprise. Le nouvel Arseus se compose de trois départements : Fagron (leader mondial des matières premières pharmaceutiques et préparations magistrales pour pharmacies), Corilus (fournisseur d'applications logicielles aux professionnels du secteur médical en Belgique, en France et aux Pays-Bas) et une no...

Comme Arseus l'avait annoncé en début d'année, la société a finalisé au premier semestre la vente des activités restantes des divisions Healthcare solutions et Healthcare specialties. Arseus a perçu au total 30,5 millions EUR (hors bonus et commissions de vente éventuels) sur la vente de Duo-Med à ABN-Amro Participaties, Owandi radiology au groupe italien Villa Sistemi Medicali et Arseus Medical à deux chefs d'entreprise. Le nouvel Arseus se compose de trois départements : Fagron (leader mondial des matières premières pharmaceutiques et préparations magistrales pour pharmacies), Corilus (fournisseur d'applications logicielles aux professionnels du secteur médical en Belgique, en France et aux Pays-Bas) et une nouvelle petite division, HL Technology (équipement médical, société implantée en Suisse). La direction a indiqué qu'elle n'excluait pas à terme une vente de Corilus. Tout tourne donc, plus que jamais, autour de Fagron. Fagron est leader d'un marché de niche (1 à 2% du marché pharmaceutique), mais enregistre une croissance structurelle. Grâce à sa stratégie éprouvée de buy-and-build, le groupe est parvenu à connaître une sensible croissance ces dernières années. Les acquisitions réalisées aux USA et au Brésil ont permis une accélération de cette croissance à partir de 2010, (le chiffre d'affaires a plus que doublé depuis 2009), avec une hausse des marges de cash-flow opérationnel récurrent (REBITDA) de 18% en 2009, 25,4% en 2013 et au moins 26% attendus en 2014). Fagron Compounding Services, spécialisé dans les préparations stériles de perfusions personnalisées, le traitement de la douleur et la chimiothérapie, dégage les marges les plus élevées et offre le plus important potentiel de croissance. Des exigences de plus en plus strictes en termes de régulation contraignent les hôpitaux à sous-traiter ces préparations de plus en plus fréquemment. Arseus entrevoit encore de vastes possibilités sur ses marchés principaux, l'Europe, les USA et le Brésil, mais a annoncé encore deux plus petites acquisitions en Australie et en Afrique du Sud. Auxquelles viennent s'ajouter une troisième usine de compounding en Grèce, qui dégage 3 millions EUR de chiffre d'affaires sur base annuelle. Début 2014, Arseus a annoncé le rachat d'une usine de compounding en Europe et d'une seconde aux Etats-Unis, qui fourniront conjointement au moins 30 millions EUR d'EBITDA sur base annuelle. Au printemps, la société a aussi mis en place la première usine de compounding de Belgique. Fin 2013, la dette financière nette totalisait 289 millions EUR ou 2,61 fois le REBITDA annuel, ce qui est parfaitement conforme aux accords financiers pris avec les banques (maximum 3,25 fois). En avril, Arseus a émis pour la première fois des obligations en USD (180 millions USD). Au 1ertrimestre, son chiffre d'affaires a progressé de 20,4%, à 101,3 millions EUR, dont 88,3 millions EUR provenaient de Fagron. Arseus a réitéré l'objectif de réaliser en 2014 au moins 480 millions EUR de chiffre d'affaires avec une marge de REBITDA d'au moins 26%. Ces derniers mois, les anciens actionnaires principaux Waterland (26% du capital) et Alychlo (Marc Coucke; 9,6%) ont désinvesti. Ce qui fait d'Arseus une proie plus facile désormais.ConclusionLe recentrage sur la croissance de Fagron a permis au cours de retrouver des niveaux record. A près de 18 fois le bénéfice attendu pour 2014 et une valeur d'entreprise (EV) de 12 fois le cash-flow opérationnel (REBITDA), Arseus n'est pourtant pas bon marché. A terme, son potentiel haussier est cependant suffisant. Conseil: digne d'achatRisque: moyenRating: 1B