Le lundi 3 décembre était une date décisive. Ce jour-là, Argenx avait prévu de dévoiler, lors du Congrès de la Société américaine d'hématologie (ASH), la suite des résultats de ses études portant sur les anticorps ARGX-113 (l'efgartigimod) et ARGX-110 (le cusatuzumab). Alors que les premiers résultats de l'étude de phase II, publiés le 17 septembre, relatifs au traitement du PTI, une maladie rare du sang, à l'aide de l'ARGX-113 avaient laissé une impression mitigée en raison de problèmes de saignements qui n'avaient pas pu être expliqués, il était indispensable que la société dissipe totalement les incertitudes, au début de ce mois de décembre. Ce qu'elle a fait. L'étude de phase III pourra donc commencer (sans doute au deuxième semestre de 2019...