La biotech belge semble assoupie, mais il n'en est rien. L'on savait que l'année serait pauvre en résultats d'études de fin de cycle, à l'origine des fluctuations de cours les plus marquées au sein du secteur. Cela n'a pas empêché l'action de gagner plus de 30% depuis le début de l'année, même si elle est en retrait de 16% par rapport à son plus haut niveau de juillet (135,7 euros). Le groupe a bien l'intention de devenir un acteur mondial entièrement intégré dans l'immunologie d'ici à 2021. Le développement du pipeline clinique, qui avance à marche forcée et donnera lieu à la publication de nombreux résultats ces 12 à 18 prochains mois, en est une condition essentielle. Au niveau de l'anticorps auto-immun ARGX-113 (efgartigimod), le recrutement de patients en vue de l'étude de phase III...

La biotech belge semble assoupie, mais il n'en est rien. L'on savait que l'année serait pauvre en résultats d'études de fin de cycle, à l'origine des fluctuations de cours les plus marquées au sein du secteur. Cela n'a pas empêché l'action de gagner plus de 30% depuis le début de l'année, même si elle est en retrait de 16% par rapport à son plus haut niveau de juillet (135,7 euros). Le groupe a bien l'intention de devenir un acteur mondial entièrement intégré dans l'immunologie d'ici à 2021. Le développement du pipeline clinique, qui avance à marche forcée et donnera lieu à la publication de nombreux résultats ces 12 à 18 prochains mois, en est une condition essentielle. Au niveau de l'anticorps auto-immun ARGX-113 (efgartigimod), le recrutement de patients en vue de l'étude de phase III pour la myasthénie grave (MG) devrait comme prévu déboucher sur des résultats au 2e semestre de 2020. Si ceux-ci sont positifs, une demande d'approbation sera introduite aux Etats-Unis, au Japon et en Europe début 2021, auquel cas l'efgartigimod pourrait être commercialisé sur les marchés américain et japonais fin 2021. A propos de l'efgartigimod toujours: la première des deux études de phase III dans la thrombocytopénie immune sera entamée au 2e semestre.Les résultats de l'étude de phase II sur le pemphigus vulgaire sont attendus au 1er semestre de l'an prochain. Une étude de phase II dans la polyneuropathie démyélinisante inflammatoire chronique (PDIC) commencera à l'automne et argenx annoncera en 2020 une cinquième indication pour laquelle l'efgartigimod sera testé. La société a acquis une licence exclusive portant sur la technique d'administration sous-cutanée Enhanze de Halozyme Therapeutics; une fois les résultats de l'étude de phase I connus, cette année encore, elle étudiera la possibilité d'intégrer Enhanze dans le développement de l'efgartigimod afin d'en optimiser le potentiel commercial. Janssen Pharmaceutica, partenaire d'argenx, a entamé à propos de l'ARGX-110 (cusatuzumab) une vaste étude de phase II (jusqu'à 150 patients) portant sur la leucémie aiguë myéloblastique (LAM). Janssen entend mettre le cusatuzumab, au sujet duquel il caresse d'ambitieux projets, sur le marché d'ici à 2023. Parallèlement, l'Innovative Access Program continue à apporter une nouvelle molécule prometteuse chaque année. argenx a annoncé en mai la découverte de l'ARGX-117 et de l'ARGX-118. Le premier est un anticorps auto-immun qui agit sur le déficit en protéine C2, impliqué dans de nombreuses maladies auto-immunes. Les études cliniques commenceront au début de 2020. L'objectif est de fournir une "preuve de concept" (étude de phase II réussie) dans une première indication, en l'occurrence la neuropathie motrice multifocale, puis de tester plus largement la molécule. En agissant sur la galectine-10, protéine qui intervient dans la formation de glaires tenaces, l'ARGX-118 pourrait permettre d'opérer une percée dans le traitement de l'asthme. L'ARGX-119 sera annoncé en 2020.Enfin, argenx prépare deux franchises commerciales pour 2021: l'une dans les maladies musculaires, avec l'efgartigimod dans la MG et plus tard, peut-être, dans la PDIC, l'autre, dans les maladies du sang, avec le cusatuzumab dans la LAM et l'efgartigimod dans le purpura thrombopénique immunologique. A terme, une troisième franchise (dermatologique), voire une quatrième, sont possibles. Le groupe mise sur une forte présence aux Etats-Unis, au Japon et en Europe. Nous l'avons récemment repris dans la liste de nos 14 titres belges préférés, car nous sommes convaincus qu'il dispose désormais d'un socle de croissance solide pour les cinq à 10 prochaines années. Nous relevons à nouveau la note à "acheter" (rating 1C).Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 113,7 eurosTicker: ARGX BBCode ISIN: NL0010832176Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 4,3 milliards EURC/B2018: -C/B attendu 2019: -Perf. cours sur 12 mois: +73%Perf. cours depuis le 01/01: +31%Rendement du dividende: -