L'entreprise argenx a pris l'habitude d'agrémenter d'un événement avec un grand leader d'opinion le lancement d'une étude "preuve de concept" portant sur une nouvelle indication pour son joyau, l'efgartigimod (ARGX-113). Le 5 décembre, elle testait l'efficacité de la molécule sur la polyradiculonévrite inflammatoire démyélinisante chronique (PIDC), une maladie musculaire auto-immune. L'efgartigimod est ainsi évaluée sur une quatrième affection, et sur une deuxième maladie musculaire rare, après la myasthénie. Aux côtés d'un spécialiste, la direction d'argenx a exposé les raisons pour lesquelles l'efgartigimod pourrait se révéler efficace contre la PIDC. ...

L'entreprise argenx a pris l'habitude d'agrémenter d'un événement avec un grand leader d'opinion le lancement d'une étude "preuve de concept" portant sur une nouvelle indication pour son joyau, l'efgartigimod (ARGX-113). Le 5 décembre, elle testait l'efficacité de la molécule sur la polyradiculonévrite inflammatoire démyélinisante chronique (PIDC), une maladie musculaire auto-immune. L'efgartigimod est ainsi évaluée sur une quatrième affection, et sur une deuxième maladie musculaire rare, après la myasthénie. Aux côtés d'un spécialiste, la direction d'argenx a exposé les raisons pour lesquelles l'efgartigimod pourrait se révéler efficace contre la PIDC. Par le biais d'un protocole spécifique pour l'étude de phase IIb qui commence bientôt, il se pourrait même que l'étude évolue en une étude d'enregistrement qui pourra servir de base à l'introduction du dossier d'approbation. Dans ce cadre, un comité indépendant confirmera le diagnostic des patients afin de réduire le nombre de sujets mal diagnostiqués et donc, l'effet placebo. Une décision sera prise quant à la poursuite de l'étude lorsque 30 patients auront suivi la première phase du traitement. En cas d'avis positif, la deuxième phase sera lancée, pour laquelle 120 à 130 patients seront recrutés.L'entreprise a également fait part de premiers résultats encourageants au terme d'un essai de phase I avec ENHANZE, la technologie qu'elle a prise en licence cette année. Grâce à celle-ci, des doses plus élevées de produit peuvent être administrées par voie sous-cutanée. ENHANZE a permis d'obtenir la même diminution du nombre d'auto-anticorps que la dose utilisée jusqu'à présent lors d'une administration par intraveineuse. C'est une étape importante, car elle laisse entrevoir que l'offre, pour les patients et les médecins, pourrait être étoffée. L'entreprise étudiera au cours des prochains mois les possibilités d'intégrer cette technologie dans le développement clinique de l'efgartigimod pour d'autres indications. La première des deux études de phase III prévues pour tester la molécule contre le PTI, une maladie du sang, commencera avant la fin de l'année. Fin octobre, argenx a levé très aisément 502 millions d'euros par l'émission de 4,6 millions d'actions nouvelles à 121 dollars (109,18 euros) l'unité (décote de 5,8%). Sa trésorerie a ainsi atteint environ 1,4 milliard d'euros, assez pour que les ambitieux Gantois puissent poursuivre le développement de leur pipeline. D'autant que 25 millions de dollars s'y sont ajoutés: c'est le montant du premier paiement d'étape qu'a versé Janssen Pharmaceutica à argenx dans le cadre de leur collaboration portant sur le cusatuzumab (ARGX-110; immunologie des tumeurs), vu que le nombre requis de patients a été recruté à l'occasion de la première étude de dosage de phase II - une deuxième étude a d'ailleurs déjà commencé. Ces deux bonnes nouvelles ont fini de nous convaincre de faire figurer argenx dans notre top 10 pour l'année prochaine. Nous détaillerons nos motivations dans le premier numéro de 2020. Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 134 eurosTicker: ARGX BBCode ISIN: NL0010832176Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 5,7 milliards EURC/B 2018: -C/b attendu 2019: -Perf. cours sur 12 mois: +49%Perf. cours depuis le 01/01: +57%Rendement du dividende: -