Le moins que l'on puisse dire, c'est que les actionnaires d'Argenx viennent de connaître une semaine agitée. L'entreprise biotechnologique gantoise a publié, le 17 septembre, des résultats concluants au terme de l'étude de phase II durant laquelle son ARGX-113 (efgartigimod) a été administré à 38 sujets atteints du PTI, une maladie du sang rare (69.300 individus atteints, aux Etats-Unis) contre laquelle les traitements actuels se révèlent peu efficaces et présentent un risque significatif d'effets indésirables graves. L'étude a confirmé qu'ARGX-113 est sûr. En outre, la molécule a augmenté durablement et de façon plus significative qu'un placebo le nombre de globules des malades.
...