Cela faisait longtemps que ce n'était plus arrivé, mais le premier producteur mondial d'acier a publié de bons résultats trimestriels. La quantité d'acier expédié a progressé de 2,9% par rapport au 1ertrimestre, passant de 21,5 à 22,1millions de tonnes, un niveau à peu près stable par rapport à la même période l'an dernier (22,2millions de tonnes). Après six mois, la baisse atteint 0,5%, à 43,6millions de tonnes. L'augmentation des expéditions d'acier et de minerai de fer (+23,2%) et la hausse des cours (respectivement +7,7% et +15,2%) ont accru le chiffre d'affaires (CA) de 10%, à 14,7milliards EUR. Par rapport à l'an dernier, cela représente toujours un recul de 12,7% (16,9milliards EU...

Cela faisait longtemps que ce n'était plus arrivé, mais le premier producteur mondial d'acier a publié de bons résultats trimestriels. La quantité d'acier expédié a progressé de 2,9% par rapport au 1ertrimestre, passant de 21,5 à 22,1millions de tonnes, un niveau à peu près stable par rapport à la même période l'an dernier (22,2millions de tonnes). Après six mois, la baisse atteint 0,5%, à 43,6millions de tonnes. L'augmentation des expéditions d'acier et de minerai de fer (+23,2%) et la hausse des cours (respectivement +7,7% et +15,2%) ont accru le chiffre d'affaires (CA) de 10%, à 14,7milliards EUR. Par rapport à l'an dernier, cela représente toujours un recul de 12,7% (16,9milliards EUR). Après un 1ertrimestre extrêmement faible, avec des cash-flows opérationnels (EBITDA) de seulement 0,93milliard USD, ArcelorMittal a enregistré un EBITDA de 1,77milliard USD au 2etrimestre, en hausse de 26,5% par rapport à l'an dernier (1,4milliard USD). Mais l'EBITDA s'inscrit toujours en recul de 2,9% à 2,7milliards USD sur le 1ersemestre. Alors qu'il avait encore essuyé une perte nette de 416millions USD (perte nette récurrente de 176millions USD) au trimestre précédent, le groupe a réalisé un bénéfice net de 1,1milliard USD, dont un bénéfice récurrent de 280millions USD (hors éléments exceptionnels) ce trimestre. Il a en effet enregistré une plus-value unique de 832millions USD après un arrangement conclu avec le syndicat aux États-Unis qui ouvre la voie à des réformes structurelles des usines sidérurgiques américaines du groupe. L'an dernier, le bénéfice net s'élevait à 179millions USD au 2etrimestre. La meilleure nouvelle concernait cependant la dette, puisque grâce à une injection de capital de 3,1milliards USD _ émission de 70% d'actions supplémentaires _ et des ventes d'actifs qui ont rapporté 1,1milliard USD (en particulier la participation de 35% dans Gestamp, un sous-traitant espagnol de l'industrie automobile), la position nette d'endettement a baissé de 4,6milliards USD à 12,7milliards USD. ArcelorMittal a ainsi pu racheter 4,9milliards USD de dettes en circulation, raison pour laquelle les dettes qui viendront à échéance avant fin 2022 sont retombées de 12,6 à 8,1milliards USD. Les prévisions annuelles pessimistes d'un EBITDA de -4,5milliards USD n'ont toutefois pas été revues à la hausse. Pour 2016, le groupe table toujours sur une croissance de la demande mondiale d'acier comprise entre 0% et 0,5%, la hausse attendue aux États-Unis (+2% à +3%) et en Europe (0% à +1%) étant neutralisée par la Chine (0% à -1%), le Brésil (-10% à -12%) et les autres pays (surtout la Russie ; -5% à -6%). Un autre point délicat reste la production sidérurgique chinoise (50% de la production mondiale), qui, après sept mois, ne s'est contractée que de 0,5% par rapport à 2015. De ce fait, les exportations d'acier chinois et russe bon marché pèsent sur les cours internationaux. Ajoutons que l'an dernier on a appris qu'ArcelorMittal devrait payer une amende de 110millions USD en Afrique du Sud pour formation de cartel. ConclusionL'action d'ArcelorMittal s'est montrée très performante ces derniers mois. Nous trouvons la valorisation actuelle correcte à 20,3fois le bénéfice attendu en 2016 et avec un rapport valeur d'entreprise (EV)/cash-flows opérationnels (EBITDA) de 5,7. Le marché, qui prévoit un EBITDA de 6milliards USD pour 2016, a donc pris un acompte sur un meilleur deuxième semestre. Conseil : conserver/attendreRisque : élevéRating : 2C