Après avoir signé son meilleur (premier) trimestre de la décennie écoulée, le premier producteur mondial d'acier a fait encore mieux au deuxième trimestre et a donc clos son meilleur semestre depuis 2008. Ces bons chiffres s'expliquent par le redressement de la demande mondiale d'acier, après le creux de 2020 dû à la pandémie. La hausse moyenne de 41,5% sur un an du cours de l'acier au 1er semestre a elle aussi porté les résultats. A périmètre comparable, la quantité d'acier expédiée a augmenté de 2,4% entre le 1er et le 2e trimestre, à 16,1 millions de tonnes; pour le 1er semestre, la hausse atteint 13,4%.
...

Après avoir signé son meilleur (premier) trimestre de la décennie écoulée, le premier producteur mondial d'acier a fait encore mieux au deuxième trimestre et a donc clos son meilleur semestre depuis 2008. Ces bons chiffres s'expliquent par le redressement de la demande mondiale d'acier, après le creux de 2020 dû à la pandémie. La hausse moyenne de 41,5% sur un an du cours de l'acier au 1er semestre a elle aussi porté les résultats. A périmètre comparable, la quantité d'acier expédiée a augmenté de 2,4% entre le 1er et le 2e trimestre, à 16,1 millions de tonnes; pour le 1er semestre, la hausse atteint 13,4%. Les ventes ont progressé de 19,5% au 2e trimestre, à 19,3 milliards de dollars, si bien que le groupe a dégagé un cash-flow opérationnel (Ebitda) de 5,1 milliards de dollars, supérieur de 55,8% à celui du 1er trimestre et de 8% au consensus (4,7 milliards). Sur le semestre, le chiffre d'affaires (CA) s'est inscrit en hausse de 37,6%, à 35,5 milliards de dollars, tandis que l'Ebitda atteignait 8,3 milliards de dollars (1,7 milliard de dollars il y a un an), dont 1,4 milliard de dollars pour la division minière. Toutes les régions ont contribué à la hausse. L'Ebitda par tonne est passé de 49 à 255 dollars, dont 314 dollars au 2e trimestre. Après la perte nette de 1,7 milliard de dollars l'année dernière, le groupe a enregistré un bénéfice net de 6,3 milliards de dollars, soit 5,4 dollars par action, cette année. La dette nette a encore diminué (- 0,9 milliard de dollars au 2e trimestre) et atteint 5 milliards de dollars. ArcelorMittal estime désormais que la consommation mondiale d'acier augmentera de 7,5 à 8,5% (prévision initiale: de 4,5 à 5,5%). Les cash-flows disponibles plus abondants que prévu et la vente, pour 1,2 milliard de dollars, de la participation dans Cleveland-Cliffs, acquise en 2020 dans le cadre de la cession des activités nord-américaines du sidérurgiste, lui ont permis de reverser 2,8 milliards de dollars aux actionnaires (dont 284 millions de dividendes) fin septembre 2020. Un nouveau programme de rachat de 2,2 milliards de dollars a été lancé le 2 août. Courant jusqu'à fin 2021, il est en partie destiné à couvrir l'émission future de nouvelles actions liées aux obligations convertibles en circulation (1,25 milliard de dollars arrivant à échéance en 2023, avec un prix de conversion compris entre 9,27 et 10,89 USD). La semaine dernière, cependant, 70 millions d'actions propres (6,4% du flottant) ont été annulées. Leader mondial de la décarbonisation dans le secteur sidérurgique, ArcelorMittal a préparé un plan concret pour réduire, d'ici à 2030, ses émissions de 25% par rapport à 2018 (-35% en Europe), et vise la neutralité carbone en 2050. Le coût de la première étape (10 milliards d'euros) devrait être récupéré pour moitié via des mécanismes de compensation. Le groupe investira ainsi un milliard d'euros pour transformer une usine espagnole en première aciérie neutre en carbone en 2025 et 1,8 milliard de dollars pour un projet similaire au Canada (en 2028). Portée par des trimestriels meilleurs que prévu, l'action d'ArcelorMittal a atteint un sommet depuis 2018. Malgré une valorisation toujours attractive, à 3,3 fois le bénéfice attendu pour 2021 et avec une valeur d'entreprise correspondant à 3 fois l'Ebitda attendu pour 2021, nous abaissons notre conseil, car une résistance importante approche. Après avoir vu sa valeur se multiplier par 3 en 12 mois, l'action va marquer une pause, mais ne devrait pas dévisser grâce au programme de rachat.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 29,22 eurosTicker: MT NACode ISIN: LU1598757687Marché: Euronext AmsterdamCapit. boursière: 30,2 milliards EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: 3,5Perf. cours sur 12 mois: +186%Perf. cours depuis le 01/01: +48%Rendement du dividende: 1%