Le premier sidérurgiste mondial vient de signer le 2e meilleur trimestre de son histoire, après le meilleur semestre depuis 2008. Son cash-flow opérationnel (Ebitda) a augmenté de 19,9% au 3e trimestre de 2021, à 6,1 milliards de dollars, soit près de sept fois plus qu'un an auparavant (901 millions de dollars); le consensus tablait toutefois sur 1,5% de plus. A 414 dollars, l'Ebitda par tonne atteint un record absolu. Les expéditions d'acier ont toutefois diminué de 8,4% sur le trimestre, de 16,1 à 14,6 millions de tonnes, du fait d'une baisse de la demande, automobile notamment, et d'une production moindre (prix élevés de l'énergie, retards logistiques...). La direction prévoit un redressement au 4e trimestre.
...

Le premier sidérurgiste mondial vient de signer le 2e meilleur trimestre de son histoire, après le meilleur semestre depuis 2008. Son cash-flow opérationnel (Ebitda) a augmenté de 19,9% au 3e trimestre de 2021, à 6,1 milliards de dollars, soit près de sept fois plus qu'un an auparavant (901 millions de dollars); le consensus tablait toutefois sur 1,5% de plus. A 414 dollars, l'Ebitda par tonne atteint un record absolu. Les expéditions d'acier ont toutefois diminué de 8,4% sur le trimestre, de 16,1 à 14,6 millions de tonnes, du fait d'une baisse de la demande, automobile notamment, et d'une production moindre (prix élevés de l'énergie, retards logistiques...). La direction prévoit un redressement au 4e trimestre. La hausse de 15,7% du prix moyen de l'acier et la contribution accrue de la division minière (+29,7%, à 1,15 milliard de dollars) ont tout de même permis au chiffre d'affaires (CA) de progresser de 4,6% sur le trimestre, à 20,2 milliards de dollars (+52,5% sur un an). Sur les neuf premiers mois de l'année, le CA gagne 42,7%, à 55,8 milliards de dollars, propulsant l'Ebitda à 14,4 milliards de dollars (2,6 milliards de dollars l'an dernier). L'endettement net a moins diminué que prévu (-1,1 milliard de dollars, à 3,9 milliards) en raison d'une hausse plus forte qu'attendu du fonds de roulement (+ 2,9 milliards de dollars, contre 1,9 milliard au 2e trimestre et 1,1 milliard l'année dernière); ce dernier devrait diminuer au 4e trimestre, et faire encore baisser la dette nette, déjà historiquement faible (9,3 milliards de dollars fin 2019). ArcelorMittal escompte toujours une hausse annuelle de 12 à 13% de la demande mondiale d'acier hors de Chine, où une baisse est à prévoir compte tenu de l'asthénie du marché immobilier, mais qui ne se répercutera que peu à l'international en raison des restrictions de production locales. Enhardi par les bonnes perspectives, le groupe a annoncé un nouveau programme de rachat d'actions de 1 milliard de dollars jusqu'à février 2022. A son terme, ArcelorMittal aura racheté 6 milliards de dollars d'actions depuis septembre 2020. Sur les 147 millions de titres rachetés, 120 millions ont été annulés, soit 10,9% des 1,1 milliard d'actions en circulation en septembre 2020. Parallèlement, l'émission à venir de 93 à 109 millions de nouvelles actions provenant des obligations convertibles en circulation et arrivant à échéance en mai 2023 a été entièrement couverte. Les rachats n'empêchent pas les investissements dans de nouvelles capacités: d'ici 2024, 2,5 milliards de dollars seront répartis sur six projets, au Mexique, au Brésil et au Liberia (division minière), qui, une fois opérationnels, doperont l'Ebitda du groupe de 950 millions de dollars par an. ArcelorMittal s'est aussi engagé à raboter ses émissions de CO2 de 25% entre 2018 et 2030 (-35% en Europe) et vise la neutralité carbone en 2050. Ces ambitions pour 2030 coûteront 10 milliards d'euros, dont la moitié sera récupérée par des mesures compensatoires. Des initiatives ont déjà été annoncées en Espagne, au Canada, en Belgique (Gand) et en Allemagne ces derniers mois. L'action ArcelorMittal a chuté de plus de 10% depuis son sommet d'août, malgré le rachat massif d'actions propres. Nous relevons donc notre conseil, même si le groupe a abaissé ses prévisions de bénéfices pour 2022, car le bilan s'est nettement amélioré. La valorisation est attrayante, à quatre fois les bénéfices et une valeur de l'entreprise inférieure à trois fois l'Ebitda attendus en 2022.Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 26,96 eurosTicker: MT NACode ISIN: LU1598757687Marché: Euronext AmsterdamCapit. boursière: 26,03 milliards EURC/B 2020: -C/B attendu 2021: 2,5Perf. cours sur 12 mois: +88%Perf. cours depuis le 01/01: +37%Rendement du dividende: 0,9%