ArcelorMittal est sensible à la conjoncture économique mondiale

15/02/19 à 15:15 - Mise à jour à 15:45

Le premier producteur mondial d'acier a présenté un rapport annuel en demi-teinte. Au regard de ses perspectives, il n'est pas étonnant que la valorisation de l'action soit faible. Pour autant, son cours pourrait s'apprécier si les Etats-Unis et la Chine enterraient la hache de guerre.

Les volumes d'acier expédiés ont baissé de 1,6%, à 83,9 millions de tonnes, en 2018. Si l'on exclut les acquisitions de l'entreprise brésilienne Votorantim (le 1er avril) et de l'italienne Ilva (le 1er novembre), le repli atteint 3%. Au quatrième trimestre, le groupe a livré 4,2% d'acier de moins qu'au trimestre précédent. Cela découle de problèmes opérationnels au Kazakhstan et du recul de la demande, dans le secteur automobile, en Europe. L'Amérique du Nord (+1%, à 22 millions de tonnes d'acier) et surtout, le Brésil (+5%, à 11,5 millions de tonnes), se sont distingués. L'Europe (Ilva incluse) n'a enregistré qu'une croissance de 0,5%, à 41 millions de tonnes, et les autres pays ont fait état d'une contraction des volumes expédiés de 10,3%, à 11,7 mill...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Trends-Tendances bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Tendances.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Les derniers articles en un clin d'oeil