Environ dix ans après l'introduction du premier iPhone, la version 8 de ce smartphone sera commercialisée cet automne. On en attend beaucoup. Le modèle précédent (l'iPhone 7) n'était qu'une légère amélioration de son prédécesseur, lancé trois ans auparavant. Samsung, l'un des rivaux du groupe, s'est bien remis de la débâcle avec son Galaxy S7, et son successeur S8 fut particulièrement bien accueilli par le marché. Apple devra donc lancer un produit de qualité. Pour, d'une part, inciter les clients existants à basculer vers le nouveau modèle et, d'autre part, s'attirer à lui de nouveaux clients. Les spécialistes du secteur prévoient notamment qu'il sera ...

Environ dix ans après l'introduction du premier iPhone, la version 8 de ce smartphone sera commercialisée cet automne. On en attend beaucoup. Le modèle précédent (l'iPhone 7) n'était qu'une légère amélioration de son prédécesseur, lancé trois ans auparavant. Samsung, l'un des rivaux du groupe, s'est bien remis de la débâcle avec son Galaxy S7, et son successeur S8 fut particulièrement bien accueilli par le marché. Apple devra donc lancer un produit de qualité. Pour, d'une part, inciter les clients existants à basculer vers le nouveau modèle et, d'autre part, s'attirer à lui de nouveaux clients. Les spécialistes du secteur prévoient notamment qu'il sera doté d'un écran de qualité (OLED), de nouveaux matériaux de meilleure qualité, et intégrera la réalité virtuelle au travers de plusieurs capteurs. Au trimestre écoulé, Apple a vendu 50,8 millions d'exemplaires de l'iPhone, ce qui représente 1% de moins que l'an dernier et moins aussi que le consensus. Du fait d'un prix de vente moyen plus élevé, le chiffre d'affaires (CA) des ventes de l'iPhone a progressé de 1%, à 33,25 milliards de dollars ou 63% du total du groupe. Au niveau du groupe, le CA s'est accru de 4,6%, à 52,9 milliards de dollars - 190 millions de dollars de moins que le consensus. Notons le nouveau repli du CA en Chine (-14%). Apple a réalisé un bénéfice net de 11 milliards de dollars ou 2,1 dollars par action, contre 1,9 dollar au cours de la même période l'an dernier. Apple Services est entre-temps devenu le deuxième pôle de l'entreprise (services App Store, Apple Pay, Apple Music, iTunes et la plateforme de sauvegarde iCloud). La division s'est renforcée de 18%, à 7 milliards de dollars, et selon Apple, son CA doublera d'ici 2020. La ligne de produits Mac a également signé une avancée, de 14% à 5,84 milliards de dollars. Les ventes de l'iPad ont elles reculé à nouveau de 12%. Le budget dédié au rachat d'actions propres a été relevé de 175 à 210 milliards de dollars, et le dividende trimestriel a été accru de 10,5%, à 0,63 dollar par action. D'ici mars 2019, Apple aura reversé au total 300 milliards de dollars aux actionnaires ; on en déduit que le groupe n'a pas grand-chose d'autre chose sous le coude pour le moment. Apple avait 257 milliards de dollars en caisse (liquidités et investissements) au 1er avril. À opposer à un endettement de 84,5 milliards de dollars. Le groupe ayant investi pas moins de 148 milliards de dollars dans des obligations d'entreprises, on peut en quelque sorte l'assimiler à un fonds obligataire. Les résultats trimestriels légèrement décevants n'ont pas empêché le cours d'Apple de se hisser à un nouveau sommet historique. Les analystes et investisseurs sont convaincus que le nouvel iPhone sera un succès. Nous ne le saurons qu'en fin d'année. En termes relatifs, l'action a rarement présenté une valorisation aussi tendue qu'aujourd'hui au cours des cinq années écoulées. Or les perspectives ne sont pas meilleures. Nous entrevoyons peu de potentiel de hausse et conseillons dès lors d'acter au moins une partie des bénéfices.Conseil : vendreRisque : moyenRating : 3BDevise : dollar (USD)Marché : NasdaqCapit. boursière : 807 milliards USD C/B 2016 : 18C/B attendu 2017 : 17Perf. cours sur 12 mois : +76 %Perf. cours depuis le 01/01 : +35 %Rendement du dividende : 1,6 %