Depuis bien plus d'un an déjà, le marché du smartphone est en déclin. Et le segment supérieur n'échappe pas au malaise, comme Apple a pu s'en rendre compte. Ce n'est pas pour rien que le groupe ne fait plus état du nombre d'unités vendues. L'on sait toutefois qu'au cours de la période de janvier à mars, les ventes d'iPhone ont reculé de 17% en glissement annuel, à 31,05 milliards de dollars. La part de l'iPhone dans le chiffre d'affaires (CA) consolidé a ainsi faibli à 53,5%, contre encore 61,4% un an plus tôt. Ce n'est pas le marché chinois qui changera la donne: le CA y a cédé 22%. Heureusement pour Apple, les autres départements ont compensé partiellement ce recul.
...

Depuis bien plus d'un an déjà, le marché du smartphone est en déclin. Et le segment supérieur n'échappe pas au malaise, comme Apple a pu s'en rendre compte. Ce n'est pas pour rien que le groupe ne fait plus état du nombre d'unités vendues. L'on sait toutefois qu'au cours de la période de janvier à mars, les ventes d'iPhone ont reculé de 17% en glissement annuel, à 31,05 milliards de dollars. La part de l'iPhone dans le chiffre d'affaires (CA) consolidé a ainsi faibli à 53,5%, contre encore 61,4% un an plus tôt. Ce n'est pas le marché chinois qui changera la donne: le CA y a cédé 22%. Heureusement pour Apple, les autres départements ont compensé partiellement ce recul. La croissance des ventes d'iPad a été la plus élevée depuis quatre ans et celle des appareils portables (wearables; Apple Watch, AirPod) a atteint 30%, à 5,1 milliards de dollars. Le CA des services (AppStore, Apple Music, Apple Pay iCloud) a lui aussi atteint un nouveau record, à 11,45 milliards de dollars, soit une croissance de 16% par rapport à la même période l'an dernier; le segment a dégagé, sur les quatre derniers trimestres, un CA total de 44 milliards. Apple recense 1,4 milliard d'appareils en circulation, dont 390 millions, ou 120 millions de plus qu'un an plus tôt, recourent à au moins un service payant. En visant pour les services un CA supérieur à 50 milliards de dollars d'ici à 2020, le groupe n'était donc pas trop ambitieux. Le CA consolidé a pour sa part fléchi de 5%, à 58,02 milliards de dollars, un recul de 620 millions de dollars supérieur au consensus. La marge brute a diminué de 38,3 à 37,6% et le bénéfice net, de 16%, à 11,56 milliards de dollars, en un an. Cependant, les rachats d'actions propres ont limité à 10% le recul du bénéfice par action (2,46 dollars). Le mois dernier, Apple et Qualcomm ont enfin mis un terme au litige qui les opposait depuis plus de deux ans concernant les droits à payer pour l'utilisation de certaines licences du second. Conformément à leur accord, Apple versera entre 4,5 et 4,7 milliards de dollars de royalties au fabricant de semi-conducteurs, lequel lui fournira les puces 5G à intégrer (en 2020?) dans ses futurs iPhone. A la fin du deuxième trimestre de son exercice fiscal 2019, Apple avait 225 milliards de dollars de liquidités et un peu plus de 112 milliards de dette, soit une position liquide nette de 112,7 milliards, confortable mais en baisse (130,3 milliards fin décembre et 145,4 milliards fin mars 2018). Apple a distribué 27 milliards aux actionnaires au deuxième trimestre (rachat d'actions propres et dividendes). Le dividende a été relevé de 0,73 à 0,77 dollar par action. Cette augmentation est inférieure aux prévisions mais elle a été compensée par une nouvelle extension du programme de rachats d'actions propres (pour 75 milliards de dollars, ou environ deux tiers de la trésorerie nette). Au cours des 12 derniers mois, le nombre d'actions en circulation a diminué de 7,3%. Apple s'attend à produire cette année un cash-flow disponible de 62 milliards de dollars. Malgré le fléchissement de son CA, Apple n'a pas été sanctionné par les investisseurs, qui considèrent le potentiel du département Services comme plus important. Nous portons toutefois à l'attention des actionnaires que plus de la moitié du CA consolidé provient d'un produit mature (l'iPhone). La direction continue, il est vrai, de les choyer grâce aux cash-flows élevés que le groupe produit. Comme la valorisation d'Apple est légèrement supérieure à la moyenne historique, nous laissons inchangé notre conseil.Conseil: conserver/attendreRisque: moyenRating: 2BCours: 185,72 dollarsMarché: NasdaqTicker: AAPL USCode ISIN: US0378331005Capit. boursière: 854,5 milliards USDC/B 2018: 16C/B attendu 2019: 16Perf. cours sur 12 mois: +1%Perf. cours depuis le 01/01: +18%Rendement du dividende: 1,7%