Alors que l'an dernier, la multiplication par deux de son cours avait permis à Apple de devenir la plus grande capitalisation boursière au monde, le rapport relatif au dernier trimestre renforce davantage encore sa position.
...

Alors que l'an dernier, la multiplication par deux de son cours avait permis à Apple de devenir la plus grande capitalisation boursière au monde, le rapport relatif au dernier trimestre renforce davantage encore sa position.A plus de 1,4 mille milliards de dollars, Apple devance désormais largement Microsoft. Les chiffres relatifs à octobre-décembre, le 1er trimestre de l'exercice 2020 décalé, étaient attendus avec une impatience particulière: c'est il y a un an en effet que le groupe, aux prises avec un recul des ventes et des difficultés sur le marché chinois, avait émis un avertissement sur bénéfice. Ces obstacles étant désormais levés, le chiffre d'affaires (CA) et le bénéfice prévisionnels sont largement dépassés. Le dernier trimestre de l'année civile est traditionnellement le plus rentable pour Apple, dont le CA a effectivement atteint 91,8 milliards de dollars, soit plus de 3 milliards de plus que le consensus. De ce montant, 79,1 milliards de dollars proviennent des produits, le reste, des services. Le bénéfice net a grimpé de 11%, à plus de 22 milliards de dollars. Le bénéfice par action a bondi de 19% (4,99 dollars, contre 4,55 dollars escomptés). Il faut dire que le taux d'imposition n'a pas dépassé 14,2%, contre 16,5% prévus. Soutenue par la hausse du CA et l'allègement des dépenses opérationnelles, la marge brute atteint 38,4% par an (+0,4%). Apple ne publie plus que les résultats des ventes par groupe de produits. Son écosystème mondial recense 1,5 milliard d'appareils, et 480 millions d'utilisateurs disposent d'un abonnement payant à un ou plusieurs services. Le cap visé des 500 millions d'abonnements cette année est donc réalisable. Le succès de l'iPhone 11 a fait bondir le CA des smartphones de 8% en un an, à 56 milliards de dollars, soit 61% du CA global. Or ce marché n'est désormais plus qu'un marché de remplacement! Avec une croissance de 17%, la plus timide depuis 2015, le CA des Services affiche un résultat juste inférieur aux attentes, mais sa part dans le CA total (14% actuellement) devrait augmenter dès ce trimestre. La division Wearables, Home & Accessories (CA de 10 milliards de dollars, soit +37%) pèse désormais plus lourd que celui des lignes Mac et iPad.Le CA prévisionnel pour le trimestre en cours est arrêté à 63-67 milliards de dollars; les analystes escomptent 62,5 milliards. Si la fourchette est large, c'est que la direction n'est pas encore en mesure d'estimer l'incidence du coronavirus sur les ventes, alors que plusieurs Apple Stores ont été contraints de rester fermés. La situation est d'autant plus regrettable que les activités, en Chine, s'accéléraient enfin (CA en hausse de 3%, à 13,58 milliards de dollars). Comme au dernier trimestre, la marge brute se situera entre 38 et 39%. Apple a versé durant cette période plus de 24 milliards de dollars aux actionnaires, dont 20,7 milliards sous la forme de rachats d'actions. Le nombre d'actions en circulation est passé de 4,77 à 4,45 milliards en 2019. Au terme du 1er trimestre, la trésorerie nette s'établit à 99 milliards de dollars. Une clientèle fidèle et un bilan solide sont les principaux atouts d'Apple. Les perspectives de croissance du groupe ne sont pas particulièrement spectaculaires, mais les rachats d'actions garantissent une croissance soutenue des bénéfices. Le rapport cours/bénéfice est passé de 14 à plus de 25 en 12 mois, ce qui est excessif; nous prévoyons donc un ralentissement sous peu. Mieux vaut, pour l'heure, prendre ses bénéfices. Conseil: vendreRisque: faibleRating: 3ACours: 308,87 dollarsMarché: NasdaqTicker: AAPL USCode ISIN: US0378331005Capit. boursière: 1.351,2 milliards USDC/B 2019: 25,5C/B attendu 2020: 23Perf. cours sur 12 mois: +90%Perf. cours depuis le 01/01: +6%Rendement du dividende: 1%