Le groupe belge de construction et de dragage CFE a publié deux communiqués de presse le 19 mai. Le premier était consacré à sa proposition de scission en deux sociétés cotées distinctes, baptisées CFE et DEME Group. CFE verserait dans DEME Group les 100% de participation qu'il détient dans le groupe de dragage et de services maritimes DEME. Ses actionnaires recevraient une action DEME Group par action détenue. CFE nouvelle mouture s'articulerait autour des pôles construction et promotion immobilière. L'objectif est de faciliter l'essor des deux sociétés; DEME Group en particulier, en sa qualité d'acteur maritime pur faisant désormais l'objet d'une cotation séparée, pourrait oeuvrer pleinement à l'évolution de sa valorisation, ce qui s'avère impossib...

Le groupe belge de construction et de dragage CFE a publié deux communiqués de presse le 19 mai. Le premier était consacré à sa proposition de scission en deux sociétés cotées distinctes, baptisées CFE et DEME Group. CFE verserait dans DEME Group les 100% de participation qu'il détient dans le groupe de dragage et de services maritimes DEME. Ses actionnaires recevraient une action DEME Group par action détenue. CFE nouvelle mouture s'articulerait autour des pôles construction et promotion immobilière. L'objectif est de faciliter l'essor des deux sociétés; DEME Group en particulier, en sa qualité d'acteur maritime pur faisant désormais l'objet d'une cotation séparée, pourrait oeuvrer pleinement à l'évolution de sa valorisation, ce qui s'avère impossible tant qu'il est dans le giron de CFE - en témoigne, sa sous-évaluation structurelle (plus de 30% en moyenne) par rapport à celle de son concurrent néerlandais Boskalis, alors que les deux entreprises affichent historiquement une marge d'Ebitda (marge sur les cash-flows opérationnels) de 15% à 20%. C'est le 29 juin que la proposition sera soumise à l'approbation d'une assemblée générale extraordinaire. Le minimum requis (75%) est presque assuré, puisque le projet est soutenu par Ackermans & van Haaren (62,1% de participation) et par VINCI (12,1%). Le premier jour de négoce de DEME Group est fixé au 30 juin. CFE se félicite d'avoir obtenu par ruling l'exonération du précompte mobilier: il ne sera donc pas nécessaire de vendre le titre pour y échapper. Les deux grands actionnaires se sont engagés à ne pas vendre d'actions CFE et DEME Group au cours des 12 mois qui suivront l'opération.Ces bonnes nouvelles ont hélas été éclipsées par la mise à jour relative au 1er trimestre. Le chiffre d'affaires (CA) de DEME a certes progressé plus vigoureusement que prévu (+28,6%, à 616,7 millions d'euros), tandis que celui de CFE augmentait de 3,9%, à 272,8 millions. Malgré la légère baisse accusée par DEME depuis la fin de 2021 (-1,3%, à 5,83 milliards d'euros), le carnet de commandes est demeuré bien garni - hausse de 4%, à 1,68 milliard d'euros, pour CFE. Mais l'endettement net du groupe a bondi de 24%, à 627,2 millions d'euros. Et surtout, le marché n'a pas apprécié la révision à la baisse des prévisions pour l'exercice. Fin février, lors de la publication du rapport annuel, le groupe visait une nouvelle augmentation du CA, de l'Ebitda et du bénéfice net de DEME; il fait aujourd'hui état d'un CA comparable, et d'un bénéfice net en léger recul. DEME a achevé 2021 sur un CA de 2,51 milliards d'euros (+14,3% en un an) et un Ebitda de 469,3 millions (+27%), soit une marge d'Ebitda de 18,69% (16,83% en 2020). Les appels d'offres portant sur des projets énergétiques offshore se multiplient en raison des tensions géopolitiques et de la transition énergétique. Pour le nouveau CFE, les projections sont passées d'une croissance modérée du CA et d'un bénéfice net toujours élevé (39,5 millions d'euros en 2021) à un recul du bénéfice net, compte tenu toutefois d'un rendement des capitaux propres supérieur à l'objectif à long terme, arrêté à 15%. CFE organise une Journée des investisseurs le 1er juin, en vue de la scission.L'avertissement sur le CA et le bénéfice a éclipsé la nouvelle de la scission et fait chuter le titre. Nous sommes toutefois convaincus que l'opération sera structurellement profitable à la valorisation de DEME Group; mais il faudra d'abord que la confiance soit rétablie, un processus qui pourrait débuter le 1er juin. Conseil: acheterRisque: moyenRating: 1BCours: 100 eurosTicker: CFEB BBCode ISIN: BE0003883031Marché: Euronext BruxellesCapit. boursière: 2,53 milliards EURC/B 2021: 17 C/B attendu 2022: 17,5Perf. cours sur 12 mois: +12%Perf. cours depuis le 01/01: -21%Rendement du dividende: -