Cet exercice est tout en bosses et en creux pour les actionnaires d'IAMGOLD. Au terme d'un premier trimestre décevant, le cours du producteur aurifère de taille moyenne est tombé à son plus bas niveau en plus de trois ans. Des problèmes de nature opérationnelle ont gâché le début d'année. La mine de Westwood (Canada) ayant subi une activité sismique, la production s'est inscrite largement en deçà des prévisions. A cela s'est ajoutée la baisse (calculée) de la production à Essakane (Burkina Faso), si bien ...

Cet exercice est tout en bosses et en creux pour les actionnaires d'IAMGOLD. Au terme d'un premier trimestre décevant, le cours du producteur aurifère de taille moyenne est tombé à son plus bas niveau en plus de trois ans. Des problèmes de nature opérationnelle ont gâché le début d'année. La mine de Westwood (Canada) ayant subi une activité sismique, la production s'est inscrite largement en deçà des prévisions. A cela s'est ajoutée la baisse (calculée) de la production à Essakane (Burkina Faso), si bien que la production trimestrielle totale n'a jamais été aussi faible - alors que les coûts de production consolidés, eux, subissent le phénomène inverse. Résultat net et cash-flows disponibles ont donc plongé dans le rouge. La direction sabre à présent dans les dépenses. La mine de Saramacca (Guyane) entrera en service cette année. Les prévisions annuelles demeurent inchangées, même si nous nous attendons à ce que la production (810.000 à 870.000 onces troy) s'établisse dans le bas de la fourchette. Le groupe avait précédemment déjà décidé de différer le développement de Côté Gold (Ontario) jusqu'à ce qu'il trouve un partenaire ou que les cash-flows soient suffisamment abondants pour qu'il puisse développer seul le projet.Des rumeurs d'acquisition circulent à nouveau. Selon plusieurs médias, China National Gold Group Corp. préparerait une offre sur un ou plusieurs pans, voire sur le groupe entier. Cette entreprise d'Etat contrôle China Gold International Resources Corp. et Zhongjin Gold Corp., ce qui fait d'elle le deuxième producteur d'or de l'empire du Milieu. L'expérience faite par Goldcorp en début d'année montre qu'une acquisition n'est pas, au départ, le meilleur scénario pour l'actionnaire, à cause de l'extrême faiblesse des valorisations et des primes en début de cycle. Sous l'effet conjugué de la vague de fusions et de l'envolée du cours de l'or, l'action a gagné plus de 50% depuis son plancher. L'éventualité d'une offre n'est pas la seule raison pour laquelle nous continuons à juger le titre intéressant: sa très faible valorisation (0,6 fois la valeur comptable), sa position financière robuste et la perspective d'un redressement opérationnel font d'IAMGOLD une solution de rechange intéressante face aux grands noms du secteur.Conseil: acheterRisque: élevéRating: 1CCours: 3,44 dollarsTicker: IAG USCode ISIN: CA4509131088Marché: New York Stock ExchangeCapit. boursière: 2,1 milliards USDC/B 2018: -C/B attendu 2019: 50Perf. cours sur 12 mois: -33%Perf. cours depuis le 01/01: -6%Rendement du dividende: -