Si le cash-flow d'exploitation (EBITDA) du plus grand producteur d'acier au monde a reculé de 8,9%, à 1,92 milliard de dollars, au deuxième trimestre, il n'en a pas moins dépassé les prévisions (1,87 milliard de dollars). L'on note une augmentation de 1,5% par rapport au troisième trimestre de l'an dernier. Sur une base comparable, la quantité d'acier transporté a progressé de 6,8% par rapport à 2016, à 21,7 millions de tonnes, et de 1% par rapport au deuxième trimestre. Après neuf mois, l'augmentation s'établit à 0,6%, à 64,2 millions de tonnes (+1,6% à périmètre comparable).
...

Si le cash-flow d'exploitation (EBITDA) du plus grand producteur d'acier au monde a reculé de 8,9%, à 1,92 milliard de dollars, au deuxième trimestre, il n'en a pas moins dépassé les prévisions (1,87 milliard de dollars). L'on note une augmentation de 1,5% par rapport au troisième trimestre de l'an dernier. Sur une base comparable, la quantité d'acier transporté a progressé de 6,8% par rapport à 2016, à 21,7 millions de tonnes, et de 1% par rapport au deuxième trimestre. Après neuf mois, l'augmentation s'établit à 0,6%, à 64,2 millions de tonnes (+1,6% à périmètre comparable). L'Amérique du Nord et l'Europe ont enregistré une croissance des volumes de 2,5% et 0,3% respectivement, alors que le Brésil (-1,6%, mais +6,9% au troisième trimestre) et les autres pays (-3,3%) ont vu les leurs se tasser. La quantité de minerai de fer transporté au prix du marché a progressé au troisième trimestre de 12,3%, à 9,1 millions de tonnes - et après neuf mois, de 6,8%, à 27,2 millions de tonnes. Le prix moyen de l'acier a grimpé de 2,3% et celui du minerai de fer, de 12,7%, par rapport au deuxième trimestre. Depuis le troisième trimestre de 2016, la hausse du prix de l'acier est de 14,8% en moyenne, celle du minerai de fer, de 21%. Le chiffre d'affaires (CA) a augmenté de 2,3%, à 17,6 milliards de dollars (21,5% de plus que l'an dernier). L'EBITDA par tonne a reculé de 93 à 89 dollars (98 dollars au deuxième trimestre), mais l'on note après neuf mois une appréciable augmentation, de 72 à 98 dollars. Grâce notamment à un meilleur résultat financier, et à une combinaison qui fait intervenir charges d'intérêts réduites (de 893 millions à 635 millions de dollars) et effets de change positifs (+209 millions, contre -664 millions l'an dernier), le bénéfice net a été multiplié par plus de deux, passant de 1,4 milliard de dollars (1,48 dollar par action) en 2016 à 3,5 milliards (3,46 dollars par action). Le groupe a achevé le troisième trimestre sur un bénéfice net de 1,2 milliard de dollars, contre 680 millions l'an dernier. Son endettement net s'est stabilisé autour de 12 milliards de dollars, le niveau le plus faible depuis la fusion entre Arcelor et Mittal Steel en 2006. La direction est optimiste pour les prochains trimestres. Pour 2017, elle table sur le haut de la fourchette des perspectives d'accélération (de 2,5 à 3%) de la demande mondiale. Soutenue par des indicateurs économiques positifs, la demande d'acier ne cesse en effet de croître, alors que les capacités d'exportation de la Chine sont hypothéquées par les mesures de limitation de la production imposées par le gouvernement pour des raisons environnementales. Les mesures antidumping adoptées par les Etats-Unis et l'Europe soutiennent de surcroît les prix. Le groupe ose à nouveau songer à la croissance. L'Europe n'a pas encore donné son aval mais un accord portant sur l'acquisition, pour un montant de 1,8 milliard d'euros, du groupe italien Ilva, a été conclu au sein d'une joint-venture formée avec Marcegaglia (20%). Arcelor cherche par ailleurs à s'établir en Inde, marché émergent éminemment intéressant, et consacre un milliard de dollars à étendre ses capacités au Mexique.L'action ArcelorMittal a progressé de quelque 30% depuis le conseil d'achat que nous avions émis au printemps. Bien qu'à 10 fois le bénéfice escompté pour 2018 et 5,5 fois le rapport entre la valeur d'entreprise (EV) et le cash-flow d'exploitation escompté (EBITDA), la valorisation demeure acceptable, nous abaissons notre conseil car le problème de surcapacité n'est pas encore résolu. Conseil : conserver/attendreRisque : moyenRating : 2BCours : 26,2 eurosTicker : MT NACode ISIN : LU1598757687Marché : Euronext AmsterdamCapit. boursière : 26,8 milliards EURC/B 2016 : 14C/B attendu 2017 : 8Perf. cours sur 12 mois : +5 %Perf. cours depuis le 01/01 : +25 %Rendement du dividende : -